Liens d'accessibilité

Mort d'un casque bleu en Centrafrique


Des éléments de la Minusca a Bangui, le 15 septembre 2014

Des éléments de la Minusca a Bangui, le 15 septembre 2014

Déployée dans le pays depuis le 15 septembre, c'est la première fois que la mission onusienne perd un élément

Nouveau signe de la dégradation de la situation sécuritaire en Centrafrique

A peine déployée, la mission onusienne dans le pays déplore son premier mort. Huit autres casques bleus dont un grave ont été blessés ce jeudi soir dans l'attaque de leur convoi au niveau du PK-11.

Jointe par la Voix de l'Amerique, Myriam Dessables, porte-parole de la Minusca, précise que "cette embuscade est un crime totalement inacceptable".

Selon elle, "la mission des Nations Unies est dans le pays pour aider la Centrafrique à avancer vers la paix. Il va y avoir des mesures prises pour traduire les criminels responsables devant la justice."

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Babacar Gaye a condamné dans les termes les plus forts l’embuscade de ce jeudi soir.

M.Gaye a rappelé que la MINUSCA s’est déployée dans le pays à la demande des centrafricains pour appuyer leur processus de Transition, pour protéger les civils et les droits de l’homme et pour aider à la restauration de l’Etat.

Jeudi soir, on comptait au moins 7 morts et plusieurs blessés parmi les Centrafricains en 48 heures. Plusieurs quartiers de la capitale ont été secoués par des tirs à l’arme lourde et légère provoquant la paralysie totale.

Le Premier Ministre Mahamat Kamoun dénonce un complot contre la transition.

Après l’ultimatum des anti-balaka, le général Joseph Zoundeko, chef d’Etat-major des ex-Seleka à Bambari appelle lui aussi à la démission de la présidente Catherine Samba Panza.

La plateforme des confessions religieuses, demande à la présidente d’organiser une concertation pour trouver une sortie de crise.

XS
SM
MD
LG