Liens d'accessibilité

Nigeria: les violences post-électorales persistent


Nigeria: les violences post-électorales persistent

Nigeria: les violences post-électorales persistent

Pour la deuxième journée consécutive, le Nord du Nigeria a été en proie à des violences mardi. Ces incidents font suite à l’annonce, la veille, de la réélection du président Goodluck Jonathan dès le premier tour.

D’autres émeutes ont éclaté mardi dans le Sud de l’Etat de Kaduna, situé dans le Nord du Nigeria, région à majorité musulmane. Elles ont débuté la veille, à l’annonce de la victoire, dès le premier tour, du président Goodluck Jonathan, un chrétien originaire du Sud face à l’ancien leader militaire Muhammadu Buhari, un musulman originaire du Nord du pays.

Les soldats Nigérians ont été déployés dans le Nord du pays, une région à majorité musulmane.

Des manifestants à Kano

Des manifestants à Kano

Des représentants de la Croix Rouge ont expliqué à la Voix de l’Amérique que le personnel de l’organisation menait une enquête de terrain. D’après eux, les combats ont déjà fait 16 000 déplacés au moins et près de 400 personnes hospitalisées.

Des témoins disent que des personnes sont mortes, mais le gouvernement n’a pas confirmé le nombre de victimes.

Lundi soir, Goodluck Jonathan a appelé à l’unité nationale et dit qu’il n’y a pas d’ambition politique qui vaille que le sang des Nigérians soit versé.

Scène de violence à Kano

Scène de violence à Kano

Le reste du pays reste serein, explique Christopher Fomunyoh, directeur pour l’Afrique de l’Ouest du Centre du National Democratic Institute (NDI), organisme américain appuyant la promotion de la démocratie. « Pour une fois, beaucoup de Nigérians se rendent à l’évidence que la commission électorale indépendante a fait un travail vraiment vigoureux, ils ont été aussi transparents que possible », a-t-il expliqué.

Se félicitant de la sortie du général Muhammadu Buhari contre les violents incidents dans le Nord du pays, M. Fomunyoh a déclaré que d’autres leaders politiques et les acteurs de la société civile devraient faire la même chose pour faire retomber la tension dans la partie septentrionale du pays.

XS
SM
MD
LG