Liens d'accessibilité

Monusco : mandat renouvelé mais réduction de 10% des effectifs


Un soldat des FARDC devant un checkpoint de la Monusco, Kibati, 23 novembre 2008.

Un soldat des FARDC devant un checkpoint de la Monusco, Kibati, 23 novembre 2008.

Le mandat de la mission onusienne est renouvelé pour un an par le Conseil de sécurité. La mission des Nations Unies au Congo devra réduire ses effectifs de 2000 hommes.

D’après la résolution du Conseil de sécurité la Monusco sera désormais plus souple, mobile et efficace sur le terrain.

Le Conseil de sécurité précise cependant que son intention est de rendre cette réduction d'effectifs permanente pour réduire la menace que représentent encore les groupes armés résiduels en RDC, mais surtout les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la Libérations du Rwanda (Fdlr).

Seuls 2.000 casques pourront être retirés de cette mission onusienne, la plus grande au monde, avec un effectif actuel de près de 20.000 militaires et un budget de 1,4 milliard de dollars par an.

Le plafond autorisé sera désormais de 19.815 soldats et 1.400 policiers environ laissant au Conseil la possibilité de revenir sur sa décision.

Une autre précision, c’est que la réduction d'effectifs permanente ne se fera que dès que des progrès auront été faits dans la démocratisation et la stabilisation du pays. La précision est notamment liée au retrait de la Brigade d'intervention de 3.000 hommes, qui est le fer de lance de la force onusienne.

Le mandat de la Monusco est renouvelé à un moment où les rapports avec le gouvernement sont tendus.

L’ONU est restée à l’écart de l’offensive que l’armée congolaise a déclenché fin janvier contre les combattants des Fdlr qui, selon, la Monusco sont à 1.400.

La Monusco exige le retrait aux commandes de l’offensive de deux officiers qu’elle accuse de graves violations.

La semaine dernière, le gouvernement congolais a invité l’ONU à commencer le retrait. Il visait le retrait d’au moins 5.000 casques bleus.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG