Liens d'accessibilité

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud rejette les accusations de corruption


Un supporter sud-africain

Un supporter sud-africain

Pretoria affirme que tout a été fait dans les réglés lors de l'attribution par la Fifa. Le ministre à la Présidence, Jeff Radebe, assure que son pays a "reçu un audit impeccable".

"Ernst&Young est un cabinet d'audit renommé. Lorsque nous avons organisé la Coupe du monde de la Fifa en juin (2010) nous avons reçu un audit impeccable (...) Il n'a jamais été suggéré qu'une quelconque infraction ait eu lieu en Afrique du Sud", a-t-il déclaré lors d'un compte-rendu du conseil des ministres pour la presse au Cap.

M. Radebe, lui-même membre du comité organisateur à l'époque, a rappelé que le président de la Fifa Sepp Blatter avait salué l'"excellente Coupe du Monde" organisée par l'Afrique du Sud. "Il nous avait mis une note de 8 ou 9/10", a déclaré M. Radebe.

Le ministre sud-africain des Sports Fikile Mbalula devait également s'exprimer sur le sujet d'ici la fin de la matinée.

L'acte d'accusation de la justice américaine publié mercredi accuse le gouvernement sud-africain et le comité de candidature du Mondial-2010 d'avoir versé dix millions de dollars au Trinidadien Jack Warner, ancien président de la Confédération nord-américaine de football (Concacaf), en échange de trois voix en faveur de l'Afrique du Sud.

Selon l'agence News24, deux des personnes citées dans l'acte d'accusation sont sud-africaines. Les noms ne sont pas dévoilés.

Sept responsables de la Fifa soupçonnés de corruption ont été arrêtés mercredi en Suisse, à la demande de la justice des Etats-Unis.

Le Mondial-2010, parrainé par Nelson Mandela dont ce fut la dernière apparition publique, a été un temps fort en Afrique du Sud depuis l'avènement de la démocratie et la fin du boycott sportif et culturel frappant le pays sous l'apartheid. Le football est le sport favori de la majorité noire

Avec AFP

XS
SM
MD
LG