Liens d'accessibilité

Mondial 2018 : Southgate réussit ses débuts contre Malte en qualifications


Wayne Rooney de l'Angleterre, 27 juin 2016.

Wayne Rooney de l'Angleterre, 27 juin 2016.

L'Angleterre s'est imposée facilement contre Malte (2-0) pour les premiers pas de son sélectionneur par intérim Gareth Southgate, samedi lors de la 2e journée des qualifications du Mondial-2018.

Si les Anglais n'ont pas été vraiment impressionnants, ils ont tout de même rempli le contrat en s'adjugeant une victoire plutôt plaisante (en première période) dans un Wembley loin d'être plein.

Au classement, ils prennent la tête du groupe F, avec un deuxième succès, après celui obtenu en Slovaquie (1-0).

Les jeunes Dele Alli (20 ans) et Jesse Lingard (23 ans), tout comme Daniel Sturridge (27 ans), ont au moins fait un peu oublier le marasme dans lequel se débat la sélection depuis l'été. Les "Trois Lions" ont en effet enchaîné un Euro-2016 médiocre, marqué par une élimination dès les huitièmes par l'Islande, et le scandale Sam Allardyce.

La démission au bout de 67 jours de "Big Sam", piégé par la presse en train de révéler comment contourner les règles sur les transferts, a plongé l'Angleterre en pleine crise.

Avec le policé intérimaire Southgate, ancien patron des Espoirs, l'Angleterre peut au moins respirer un peu sur le plan médiatique.

Le nouveau sélectionneur avait demandé à ses joueurs du "courage" avec le ballon: ils n'en ont pas vraiment eu besoin avec une telle différence de niveau (79% de possession anglaise).

Daniel Sturridge ouvrait la marque d'une tête croisée, peu puissante mais superbement placée, après vingt minutes de siège devant le but maltais (21).

Puis Dele Alli doublait la mise en reprenant sa propre frappe, une première fois repoussée par le gardien (38).

Quant à Jesse Lingard, il n'a certes pas marqué pour sa première sélection, mais l'ailier de Manchester United a montré de belles choses.

Tout comme ses coéquipiers, il a été maladroit devant le but, d'où l'étroitesse du score. Un faible écart aussi en partie dû à une deuxième période ennuyeuse, pendant laquelle l'Angleterre a baissé le pied.

Wayne Rooney, lui, a encore déçu. Le capitaine, placé au milieu par Southgate, n'a pas pesé sur le jeu. Etrangement absent, celui qui n'est plus titulaire avec Manchester United s'est mis deux fois en valeur, avec une belle frappe enroulée sortie par le gardien maltais (8) puis sur un coup franc vicieux, encore repoussé par Andrew Hogg (54). Sera-ce suffisant pour garder les faveurs de Southgate?

Avec AFP

XS
SM
MD
LG