Liens d'accessibilité

Mise en examen confirmée pour le général Norbert Dabira


Congo-Brazzaville encerra temporariamente fronteira com Cabinda

Congo-Brazzaville encerra temporariamente fronteira com Cabinda

La cour d'appel de Paris a confirmé ce jeudi la mise en examen du général congolais pour crimes contre l'humanité dans l'enquête sur l'affaire des disparus du Beach.

Interpellé fin aout 2013 en région parisienne, l'ancien Inspecteur général des Armées du Congo contestait sa mise en examen sur les disparitions, en 1999, de 350 Congolais au Beach, principal port de Brazzaville sur le fleuve Congo

Me Clémence Bectarte représente la Fédération Internationale des droits de l’homme. Elle explique à la Voix de l'Amérique que "c’est une décision très importante. Norbert Dabira avait tenté de faire annuler la procédure mais la justice a confirmé qu’il pouvait être mis en examen en France et l’inspection se poursuive."

Compte tenu de l’importance politique de cette affaire à Brazzaville, Me Bectarte reconnait "qu’il reste beaucoup d’obstacles avant la tenue d’un procès mais c’est le seul espoir de justice des victimes."

Norbert Dabira lui était retourné vivre à Brazzaville après son interpellation et il y a peu de chances qu’il se rende à une nouvelle convocation du juge français.

En 2005, un tribunal congolais a acquitté 15 suspects dans cette affaire, poussant le président Denis Sassou Nguesso à parler d'un dossier "clos".

XS
SM
MD
LG