Liens d'accessibilité

Migrants : nouveaux naufrages en mer Egée, au moins 15 morts dont six enfants


Des réfugiés tentent d'atteindre l'île grecque de Lesbos, le 30 octobre 2015. (AFP PHOTO / ARIS MESSINIS)

Des réfugiés tentent d'atteindre l'île grecque de Lesbos, le 30 octobre 2015. (AFP PHOTO / ARIS MESSINIS)

Depuis lundi, une dizaine de naufrages au large des îles grecques de Lesbos, de Kalymnos et de Rhodes ont fait une soixantaine de morts dont plus de la moitié d'enfants.

Deux nouveaux naufrages ont eu lieu dimanche 1er novembre en mer Egée, au large des îles grecques de Samos et d'Agathonissi. Au moins 15 migrants ont péri dont six enfants, a-t-on appris auprès des gardes-côtes grecs.

Dans un premier temps, les autorités avaient annoncé le décès de 13 migrants mais deux autres corps ont été repêchés dans la soirée.

Le premier naufrage a eu lieu à 20 mètres de la côte Galazio de Samos, quand une embarcation de six mètres de longueur a chaviré. Dix migrants, dont quatre nourrissons et deux enfants, ont été noyés dans la cabine où ils étaient enfermés.

Le corps d'une jeune fille a en outre été découvert sur la côte de Galazio de Samos. Quinze personnes ont survécu au naufrage tandis qu'au moins deux migrants ont été portés disparus, selon les gardes-côtes.

Par ailleurs, un bateau de Frontex, l'agence de surveillance des frontières européennes, qui naviguait au large de l'îlot de Farmakonnisi, près de Samos, a repêché dimanche deux corps tandis que trois migrants ont été transférés sains et saufs à Samos.

Selon leurs déclarations, leur embarcation avec 15 personnes à bord a chaviré dans les eaux turques.

Dans la soirée, deux nouveaux corps ont été repêchés, ont indiqué les autorités, mais sept migrants sont encore portés disparus dans la zone.

Les recherches continuent

Les autorités grecques mais aussi les gardes-côtes turcs "continuent des recherches dans la zone pour retrouver les migrants portés disparus dans ce naufrage, qui a probablement eu lieu au large des côtes turques", a indiqué à l'AFP une responsable du bureau de presse de la police portuaire grecque.

Ces nouveaux drames s'ajoutent à une dizaine de naufrages qui ont eu lieu depuis lundi au large des îles grecques de Lesbos, dans le nord-ouest de l'Egée, de Kalymnos et de Rhodes, situés dans le sud-est de cette mer séparant la Grèce de la Turquie et qui ont fait une soixantaine de morts dont plus de la moitié d'enfants.

Avec la venue du mauvais temps et la ruée des réfugiés, surtout Syriens, pour tenter d'anticiper la fermeture en cours des frontières européennes, le bilan des victimes retrouvées dans les eaux grecques de l'Égée s'établissait à plus de 80 morts, en majorité des enfants, pour le seul mois d'octobre, selon un décompte établi par l'AFP.

Depuis le début de l'année, les arrivées par la mer en Grèce ont atteint le chiffre de 580 125 selon des chiffres révisés du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), sur un total de 723 221 arrivés en Méditerranée. En Italie, le décompte était de 140 200.​

Avec AFP

XS
SM
MD
LG