Liens d'accessibilité

Migrants : vers un groupement naval de l'Otan en mer Egée


Des migrants arrivent sur l'île grecque de Lesbos, le 29 janvier 2016. (AP Photo/Mstyslav Chernov)

Des migrants arrivent sur l'île grecque de Lesbos, le 29 janvier 2016. (AP Photo/Mstyslav Chernov)

L'objectif est d'"aider à lutter contre le trafic humain" des passeurs de migrants.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a annoncé jeudi qu'un groupement naval allié sous commandement allemand allait se rendre "sans tarder" en mer Egée pour "aider à lutter contre le trafic humain" des passeurs de migrants.

Le commandant des forces alliées en Europe, le général américain Philip Breedlove, "est en ce moment en train d'ordonner au groupement naval permanent (...) de se rendre en mer Egée sans tarder et d'y débuter des activités de surveillance", a déclaré M. Stoltenberg en présentant la mission navale qui doit faire face à la crise migratoire, à laquelle l'Alliance a donné son accord de principe jeudi.

La mission navale doit toutefois être encore formellement mise sur pied, a souligné M. Stoltenberg. Reste aussi à établir les procédures pour le partage d'informations avec les garde-côtes grecs et turcs, ainsi qu'avec l'agence européenne Frontex.

"Il ne s'agit pas d'arrêter ou de repousser des bateaux de réfugiés", a assuré le chef de l'Otan.

La mission fournira "des informations et une surveillance essentielles pour aider à lutter contre le trafic humain et les réseaux criminels, en coopération avec les garde-côtes nationaux et l'Union européenne", a expliqué M. Stoltenberg.

L'Otan va par ailleurs "intensifier sa surveillance et son partage de renseignements" sur ce qui se passe à la frontière turco-syrienne, où s'amassent des milliers de réfugiés chassés par l'offensive du régime de Damas et de son allié russe.

"Il est important de répondre rapidement parce que cette crise nous affecte tous", a expliqué M. Stoltenberg.

Une telle opération de surveillance frontalière est une première pour l'Otan, organisation militaire défensive qui avait jusqu'à ce jour refusé de s'impliquer directement dans la pire crise migratoire en Europe depuis la Deuxième guerre mondiale.

En vertu du droit de la mer, les navires alliés pourraient être amenés à secourir des embarcations en perdition. Ce qui faisait craindre à certains un "effet pervers, incitatif" sur les passeurs qui opèrent depuis les côtes turques, envoyant chaque jour des milliers de migrants vers la Grèce, porte d'entrée dans l'UE.

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a fait état d'"un accord solide avec la Turquie selon lequel les réfugiés vont être renvoyés en Turquie".

Trois navires participent actuellement au groupement maritime permanent sous commandement allemand. Ils croisent actuellement au large de Chypre, selon une source militaire allemande.

"Plusieurs Alliés ont annoncé qu'ils étaient prêts à renforcer ce groupement. Je m'attends à ce qu'il soit élargi dans un avenir proche", a expliqué M. Stoltenberg.

"Dans l'idéal", la mission devrait compter 5 à 7 navires pour pouvoir être pleinement opérationnelle, selon la source militaire allemande.

AFP

XS
SM
MD
LG