Liens d'accessibilité

Michel Djotodia élu président de la Centrafrique par le CNT


Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, devenu officiellement président de la Centrafrique par acclamation du CNT le 13 avril 2013

Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, devenu officiellement président de la Centrafrique par acclamation du CNT le 13 avril 2013

Le chef de Séléka, qui a renversé le président Bozizé en mars dernier, a été élu président de la République Centrafricaine, par acclamation lors de la première session du Conseil National de Transition samedi.

Le CNT est composé de toutes les tendances politiques, et présente une dominante de la société civile. Sa mise en place était une recommandation du sommet des chefs d'Etat d'Afrique centrale, réunis à N'Djamena le 3 avril, qui cherchaient à normaliser la situation, alors que Michel Djotodia s’était autoproclamé président après la prise de Bangui le 24 mars. L’élection de samedi était donc une simple formalité, M. Djotodia étant le seul candidat.

Elu pour 18 mois, il aura la charge de conduire la Centrafrique vers des élections libres et démocratiques et une nouvelle constitution.

"… Je ne ne ménagerai aucun effort pour assurer de manière concertée la transition qui vient de commencer", a-t-il souligné dans son premier discours en tant que chef de l'Etat.

Il a énuméré "la reconstruction de l'unité nationale, la sécurité sur toute l'étendue du territoire national, la recherche de la paix sociale le redémarrage de notre économie" comme les tâches fixées au nouveau pouvoir.

On apprenait vendredi soir que le CNT était passé de 97 à 105 membres, pour réponde à des demandes de la société civile et des groupes politiques.

Le Conseil National de Transition est appelé non seulement à légiférer mais également à jouer un rôle d'assemblée constituante.
XS
SM
MD
LG