Liens d'accessibilité

Bruxelles: Merkel a des mots durs pour les Etats-Unis


Angela Merkel au sommet de l'Union européenne à Bruxelles

Angela Merkel au sommet de l'Union européenne à Bruxelles

La chancelière allemande, Angela Merkel, affirme avoir clairement fait savoir au président américain Barack Obama que l’espionnage des alliés de Washington est "inacceptable".

Mme Merkel et le président Obama se sont parlés mercredi suite à la publication par les média européens d’informations selon lesquelles l’Agence nationale de sécurité (NSA) avait placé le téléphone cellulaire de la chancelière allemande sous écoute.

S'exprimant jeudi à son arrivée au sommet des 28 dirigeants de l'Union européenne (UE) à Bruxelles, Mme Merkel a affirmé avoir dit au président Obama « qu’espionner ses amis n'est pas acceptable du tout ».

« Nous devons avoir confiance en nos alliés et partenaires, et cette confiance doit maintenant être rétablie » a-t-elle dit.

Le président Obama a rassuré Mme Merkel, lui confirmant qu’elle n’est pas écoutée et que ses communications ne sont pas contrôlées.

Selon un communiqué de la Maison Blanche, les deux dirigeants ont convenu d'intensifier leur coopération en matière de renseignement pour protéger la sécurité des deux pays et de leurs alliés, et aussi la vie privée de leurs citoyens.

Mme Merkel a également convoqué jeudi à Berlin l'ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, John Emerson, l’invitant à se réunir avec le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, chargé par la chancellière de lui « préciser la position du gouvernement allemand ».

Ici à Washington le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a cherché à minimiser ces tensions.

« Tout ce que je peux vous dire, c'est ce que le président a déclaré à la chancelière que les Etats-Unis ne la surveillent pas et ne surveilleront pas les communications de la chancelière », a déclaré M. Carney.

A Bruxelles, les États-Unis ont également été vivement critiqués par les dirigeants de la Belgique, des Pays-Bas, de la Finlande, de la Suède, de la France et de l'Autriche. Par ailleurs, le Mexique et le Brésil cherchent toujours à déterminer si la NSA a espionné leurs gouvernements.
XS
SM
MD
LG