Liens d'accessibilité

Menaces terroristes sur le Nouvel An : arrestations en Turquie, annulation des festivités en Belgique, l'Europe en état d'alerte


Illuminations place Sainte-Sophie pour marquer les célébrations du Nouvel An et du Noël orthodoxe à Kiev, en Ukraine, le dimanche 27 décembre 2015. (AP Photo / Evgeniy Maloletka)

Illuminations place Sainte-Sophie pour marquer les célébrations du Nouvel An et du Noël orthodoxe à Kiev, en Ukraine, le dimanche 27 décembre 2015. (AP Photo / Evgeniy Maloletka)

Face aux menaces terroristes qui pèsent sur les fêtes du Nouvel An, Bruxelles a décidé d'annuler les festivités tandis que dans plusieurs pays, les forces de l'ordre ont été placées en alerte maximale, comme en Turquie, où un attentat suicide aurait été déjoué à Ankara.

Les mesures de sécurité ont aussi été renforcées dans d'autres pays, comme en Autriche et en Russie, après les attentats jihadistes du 13 novembre à Paris, ville qui sera placée sous haute protection policière jeudi soir.

Le maire de Bruxelles, Yvan Mayeur, a annoncé mercredi l'annulation pure et simple du feu d'artifice prévu au centre-ville. "Il vaut mieux ne pas prendre le risque", a-t-il expliqué, tandis que le Premier ministre Charles Michel a parlé sur la chaîne RTBF de "décision difficile" mais de bonne décision.

La veille, les forces de l'ordre belge avaient en effet arrêté deux personnes soupçonnées de préparer des attentats à Bruxelles au cours des fêtes de fin d'année, qui seront présentées devant un juge jeudi. Une menace jugée "sérieuse" et qui visait "plusieurs lieux emblématiques de Bruxelles", avait alors indiqué le parquet fédéral belge.

Quelque 100.000 personnes étaient rassemblées l'an dernier sur la Place de Brouckère à Bruxelles.

En Turquie, la police a arrêté deux membres présumés du groupe Etat islamique (EI) soupçonnés de préparer un double attentat suicide à Ankara pendant les fêtes de fin d'année.

"Dans le cadre d'une enquête instruite par le parquet d'Ankara et du travail effectué par la police d'Ankara, deux individus membres de l'organisation terroriste Daech (acronyme arabe de l'EI) ont été capturés pendant une intervention réussie avant même de passer à l'acte", a indiqué le gouvernorat de la capitale turque dans un communiqué en ligne.

"Un gilet explosif prêt à être utilisé et un sac à dos rempli d'explosifs et renforcé par des billes et des tiges d'acier ont été saisis" par la police au cours de l'opération, selon le communiqué.

Les deux suspects s'apprêtaient à commettre des attentats suicide jeudi soir à deux endroits (devant un centre commercial et sur une rue branchée) de la place centrale de Kizilay, lieu traditionnel des festivités du Nouvel An, selon des chaînes de télévision citant le bureau du procureur en chef d'Ankara, la deuxième ville - derrière Istanbul - de Turquie avec ses 5,2 millions d'habitants.

Des milliers de personnes se réunissent traditionnellement sur cette place pour fêter l'arrivée de la nouvelle année.

La Turquie est en état d'alerte depuis le double attentat suicide qui a fait 103 morts et plus de 500 blessés devant la gare centrale d'Ankara le 10 octobre avant un rassemblement en faveur de la paix organisé par les mouvements prokurdes.

- 'L'Europe sur le qui-vive' -

Outre la Belgique, le reste de l'Europe est aussi sur le qui-vive depuis les attentats de Paris qui ont fait 130 morts.

A Paris, privée elle aussi de feu d'artifice, la traditionnelle célébration du Nouvel An a été maintenue sur la célèbre avenue des Champs-Elysées, mais elle se déroulera sous le signe de la sobriété et avec des mesures de sécurité renforcées.

Quelque "11.000" hommes - policiers, militaires, pompiers - contre 9.000 en 2014, seront déployés dans la capitale française et ses environs, a annoncé le préfet de police de Paris.

Aux abords des Champs-Elysées, 1.600 policiers et gendarmes assureront la sécurité du plus grand rassemblement autorisé en France depuis l'instauration de l'état d'urgence, au soir des attaques jihadistes du 13 novembre. Ces attentats ont fait 130 morts et des centaines de blessés dans des bars, restaurants et une salle de concert.

L'éventualité d'attentats pendant la période des fêtes a également conduit la police autrichienne à relever le niveau de sécurité à Vienne, tandis qu'à Moscou, l'emblématique Place Rouge, lieu de rassemblement traditionnel pour le Nouvel An, sera cette année pour la première fois fermée au public au moment du réveillon. Les autorités craignent, là aussi, des attentats visant la capitale russe.

La peur du terrorisme n'épargne pas New York, où les mesures de sécurité mises en place pour les célébrations du Nouvel An, notamment le grand rassemblement de Times Square, sont "plus conséquentes que jamais", avait assuré mardi le maire de la ville, Bill de Blasio.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG