Liens d'accessibilité

Menaces d'attentats à Bruxelles : l'enquête s'oriente vers un groupe de motards


Des soldats belges montent la garde sur la Grand Place de Bruxelles 30 décembre 2015.

Des soldats belges montent la garde sur la Grand Place de Bruxelles 30 décembre 2015.

Les "Kamikaze Riders" sont dans le viseur du juge spécialisé en matière de terrorisme chargé de l'enquête, sans lien direct avec les attentats de Paris du 13 novembre, selon cette source, confirmant des informations de presse.

Les enquêteurs belges s'intéressent de près à un groupe de motards de la périphérie bruxelloise dans le dossier sur les menaces "sérieuses" d'attentats en Belgique qui ont mené à deux arrestations, indique une source proche du dossier.

Les "Kamikaze Riders" sont dans le viseur du juge spécialisé en matière de terrorisme chargé de l'enquête, sans lien direct avec les attentats de Paris du 13 novembre, selon cette source, confirmant des informations de presse.

Les deux hommes arrêtés dimanche et lundi sont soupçonnés d'avoir préparé des attentats à Bruxelles pendant les fêtes de fin d'année, une menace jugée "sérieuse" qui visait "plusieurs lieux emblématiques de Bruxelles", avait indiqué le parquet fédéral belge mardi.

"Je ne veux pas être catégorique et affirmer +on a échappé+ ou +on n'a pas échappé+ (à un attentat). C'est dans les semaines qui viennent, lorsque les enquêtes auront pu progresser davantage, qu'on pourra avec plus de certitude exprimer ce type d'appréciation", a déclaré le Premier ministre belge Charles Michel mercredi soir à la télévision sur le plateau de La Une (RTBF).

"On sait qu'il y a d'autres groupes fanatiques, d'autres groupes radicalisés, pas nécessairement liés à ce qui s'est passé à Paris. Le but des enquêteurs est évidemment de démanteler le plus possible des cellules ou des groupuscules qui ont de mauvaises intentions", a souligné M. Michel, qui s'exprimait pour la première fois depuis l'annonce de ces deux interpellations.

Selon plusieurs médias belges, l'un des deux hommes inculpé de ""menaces d'attentats, participation aux activités d'un groupe terroriste en qualité de dirigeant et recrutement en vue de commettre des infractions terroristes", est âgé de 30 ans et était le chef de ce groupe de motards originaire d'Anderlecht, dans l'agglomération bruxelloise.

Le quotidien La Dernière Heure précise que son nom avait été cité dans le dossier du groupuscule islamiste Sharia4Belgium. Il a précédemment été condamné pour vol avec armes.

L'autre, âgé de 27 ans, arrêté pour "menaces d'attentats et participation aux activités d'un groupe terroriste", était membre du groupe, selon la presse.

Tous deux doivent comparaître jeudi matin devant un juge pour confirmer ou non leur inculpation.

Les arrestations avaient fait suite à des perquisitions dans la région de Bruxelles, le Brabant flamand (qui entoure la capitale) et la région de Liège.

Ni armes ni explosifs n'avaient été découverts lors des perquisitions. Les enquêteurs ont en revanche trouvé "du matériel informatique, des tenues d'entraînement de type militaire et du matériel de propagande de l'Etat islamique".

L'enquête devra déterminer s'il y a eu un lien direct avec le groupe EI, a rapporté la source proche du dossier.

Les médias publics rapportaient par ailleurs que du matériel d'airsoft, un sport qui utilise des reproductions d'armes à feu et se joue en treillis militaire, a été retrouvé.

Dans ce contexte, le niveau d'alerte pour les services de police et les militaires présents à Bruxelles, potentielles "cibles symboliques", a été relevé, a annoncé le centre de crise, qui prend ces décisions pour la Belgique.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG