Liens d'accessibilité

Mauritanie: deux ans de prison ferme confirmés pour des militants anti-esclavagistes


Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA)

Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA)

La Cour d'appel d'Aleg a confirmé les peines de deux ans de prison ferme infligées à 3 militants anti-esclavagistes pour "appartenance à une organisation non reconnue".

La cour examinait en appel le verdict prononcé en janvier suite au recours des trois prévenus. Me Brahim Ould Ebetty, chef du collectif des avocats des prévenus, a assimilé la décision à "un recul des libertés" en Mauritanie.

Biram Ould Dah Ould Abeid, candidat malheureux au scrutin présidentiel de juin 2014, est parmi les trois condamnés. Il avait perdu l’élection face à Mohamed Ould Abdel Aziz.

Biram Ould Dah Ould Abeid est président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), une ONG anti-esclavagiste. Son adjoint Brahim Ould Bilal, ainsi que Djiby Sow, président d'une ONG qui lutte pour les droits culturels, sont les deux autres activistes condamnés.

Le parquet avait demandé la confirmation de la peine de deux ans ferme. L'audience s'est tenue en l'absence des trois prévenus. Biram Ould Dah Ould Abeid et Brahim Ould Bilal ont refusé de comparaître devant la Cour d'appel d'Aleg. Ils avaient demandé à leurs avocats de boycotter l'audience pour exiger un procès devant leur "juge naturel", le tribunal correctionnel de Rosso (sud) qui les avait condamnés en janvier.

M. Sow, jugé, condamné à Rosso et conduit à Aleg en même temps que MM. Ould Abeid et Ould Bilal, avait ensuite été transféré à la prison de Nouakchott pour des soins intensifs. Il a bénéficié en juin d'une mesure de liberté provisoire pour raison de santé, selon sa famille.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG