Liens d'accessibilité

Egypte : les manifestants anti-Moubarak campent sur la Place Tahrir au « Jour du départ »


Le Prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei s'adressant à la foule, au Caire

Le Prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei s'adressant à la foule, au Caire

Les manifestants de la place Tahrir ont été rejoints par le secrétaire générale de la Ligue Arabe, Amr Moussa, ancien ministre égyptien des Affaires étrangères. Les médias français le citent disant qu’il pourrait se porter candidat, mais qu’à son avis, M. Moubarak finira son mandat.

Des dizaines de milliers d’Egyptiens ont poursuivi, vendredi, au Caire et dans d’autres villes, leurs manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak.

Malgré l’entrée en vigueur du couvre feu nocturne, les manifestants campent sur la Place Tahrir (Place de la libération) au Caire. Chantant l’hymne national égyptien et agitant le drapeau national, ils exigent le départ immédiat du président Hosni Moubarak, en ce vendredi 4 février, qu’ils ont baptisé « le Jour du Départ ».

Des manifestants évacuant un blessé de la Place Tahrir, au Caire

Des manifestants évacuant un blessé de la Place Tahrir, au Caire

Un envoyé spécial de la VOA fait état d’une ambiance carnavalesque à ces manifestations.

Les manifestants de la place Tahrir ont été rejoints par le secrétaire générale de la Ligue Arabe, Amr Moussa, ancien ministre égyptien des Affaires étrangères. Les médias français le citent disant qu’il pourrait se porter candidat, mais qu’à son avis, M. Moubarak finira son mandat.

Un petit groupe de partisans de Moubarak a été empêché par les forces de sécurité d’accéder à la Place de la Libération, où le ministre de la défense Hussein Tantawi a, pour la première fois, été aperçu aujourd’hui.

Des Palestiniens manifestant à Gaza contre le président Moubarak

Des Palestiniens manifestant à Gaza contre le président Moubarak

Des milliers de manifestants se sont également réunis dans les rues d’Alexandrie, où s’est tenu un rassemblement pacifique. D’autres villes égyptiennes ont emboité le pas, comme Ismailia et Suez.

Plus tôt dans la semaine, le président égyptien avait dit dans un discours qu’il ne se représentera à la prochaine présidentielle. Son mandat expire en septembre.

Le guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei

Le guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei

Le guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, a salué, vendredi, le soulèvement populaire égyptien en disant qu’il fait écho à la Révolution iranienne de 1979. Il a ajouté que l’armée égyptienne doit se ranger du côté du peuple. Le guide suprême iranien a reproché au président Hosni Moubaraka d’avoir servi les intérêts américains et israéliens. Une victoire du peuple égyptien serait, selon lui, un revers pour la politique américaine dans la région.

XS
SM
MD
LG