Liens d'accessibilité

L’Egypte dans le tourbillon des manifestations anti-Moubarak


La police a fait usage de canons à eau contre les manifestants

La police a fait usage de canons à eau contre les manifestants

De violents incidents ont été signalés à Suez, Alexandrie et en divers endroits du Caire. L’agence Reuters fait état de manifestants en colère portant le corps d’un de leurs compagnons à Suez.

Les Egyptiens sont descendus dans la rue par milliers, après la prière du vendredi, pour demander le départ du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans.

De violents incidents ont été signalés à Suez, Alexandrie et en divers endroits du Caire. L’agence Reuters fait état de manifestants en colère portant le corps d’un de leurs compagnons à Suez.

L'opposant Mohamed ElBaradei (à droite) est salué par des manifestants au Caire

L'opposant Mohamed ElBaradei (à droite) est salué par des manifestants au Caire

Les autorités égyptiennes ont imposé un couvre-feu nocturne. Ils ont aussi bloqué le service Internet, un outil-clé des manifestants qui s’en sont servis pour coordonner leur mouvement. La compagnie téléphonique Vodafone dit avoir reçu l’ordre de suspendre son service cellulaire dans certaines parties du pays.

Le président Moubarak doit s’adresser à la nation pour la première fois depuis le début de ces manifestations.

Une intervention de la police anti-émeute

Une intervention de la police anti-émeute

Associated Press signale, de son côté, que le Prix Nobel de la paix et leader de l’opposition égyptienne, Mohamed ElBaradei, a été placé en résidence surveillé. Cet ancien directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique avait regagné son pays, jeudi, en annonçant son intention de prendre la tête des manifestations anti-gouvernementales.

Des images de télévision ont montré des manifestants attaquant à coups de pierre un véhicule blindé sur un pont du Caire.

A Suez, les manifestants ont lancé des pierres contre les véhicules des services de sécurité et une épaisse fumée montait d’un immeuble. Dans d’autres villes égyptiennes, les manifestants sont également dans la rue, agitant des drapeaux égyptiens.

Des manifestants juchés sur des véhicules de forces de sécurité

Des manifestants juchés sur des véhicules de forces de sécurité

Les Frères musulmans, groupe banni, ont fait état, de leur côté, de l’interpellation d’au moins cinq de leurs responsables ainsi que cinq anciens parlementaires. Le groupe dit qu’il se joindra aux manifestations, qui sont organisées par des jeunes furieux contre les conditions de vie difficiles et le régime autoritaire du président Moubarak.

Au moins cinq personnes ont été tuées et le gouvernement égyptien a fait état de 800 arrestations depuis mardi. Les organisations de défense des droits humains parlent, de leur côté, de plus de 2 000 personnes interpelées.

XS
SM
MD
LG