Liens d'accessibilité

Mary Robinson juge « inacceptables » les violences faites aux femmes en RDC


Mary Robinson juge "inacceptables" les sévices infligés aux femmes dans la région des Grands Lacs

Mary Robinson juge "inacceptables" les sévices infligés aux femmes dans la région des Grands Lacs

L’envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies (ONU) pour la région des Grands Lacs a lancé un appel pour l’arrêt immédiat des violences faites aux femmes dans les Grands Lacs en général, mais dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) plus particulièrement.

Mary Robinson s’exprimait mercredi à Bujumbura, à l’occasion d’une conférence de presse sanctionnant la deuxième journée de la première Conférence régionale sur les femmes, la paix, la sécurité et le développement, organisée cette semaine dans la capitale burundaise.


Selon notre correspondant Eric Manirakiza, l'envoyée onusienne a évoqué « l’énormité » et la gravité des violences faites aux femmes, et elle a fustigé ces sévices. « C’est pour moi épouvantable que ça continue », a ajouté Mme Robinson. « C’est inacceptable », a-t-elle martelé.

Dans un récent rapport au Conseil de sécurité des Nations unies, le Secrétaire général Ban Ki-moon faisait état de plus de 500 viols signalés entre décembre 2011 et novembre 2012 dans les seules provinces des Nord et Sud Kivu. Des chiffres qu’on sait largement inférieurs à la réalité, du fait que les victimes hésitent fréquemment à rapporter ces sévices.

Suite à la brève occupation par les rebelles du M23 de Goma, chef-lieu du Nord Kivu, les exactions sexuelles, se sont multipliées. Selon l'ONU, elles sont également le fait de soldats de l'armée régulière congolaise.
XS
SM
MD
LG