Liens d'accessibilité

Martin Kobler invite à nouveau les rebelles rwandais à déposer les armes


« J'appelle les FDLR à saisir l'occasion de ces derniers dix jours pour désarmer volontairement », a déclaré Martin Kobler

« J'appelle les FDLR à saisir l'occasion de ces derniers dix jours pour désarmer volontairement », a déclaré Martin Kobler

"On a des places pour désarmer, pour livrer les armes. C'est important de saisir l'occasion parce que le 2 janvier, ce sera trop tard", a dit le patron de la MONUSCO.

A dix jours de la date d'expiration de l'ultimatum lancé aux Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pour désarmer, Martin Kobler a invité mardi les rebelles rwandais à saisir cette occasion pour déposer les armes, signale le service de presse de l’ONU.

« J'appelle les FDLR à saisir l'occasion de ces derniers dix jours pour désarmer volontairement », a déclaré le chef de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC). « On a des places pour désarmer, pour livrer les armes. C'est important de saisir l'occasion parce que le 2 janvier, ce sera trop tard », a poursuivi le patron de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), toujours cité par l’ONU.

M. Kobler a indiqué que la MONUSCO sera obligée de recourir à la force si ce désarmement volontaire n'est pas effectif. Il a rappelé que les instructions du Conseil de sécurité à l'unanimité restent « très claires », et quele gouvernement de la RDC estime également que les FDLR doivent quitter le pays.

Le 2 juillet dernier, la Communauté des Etats de l'Afrique australe (SADC) et la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL) ont accordé un délai de six mois aux FDLR pour se rendre. Ces organisations ont déjà annoncé que les FDLR n'auront pas droit à une prolongation à l'ultimatum.

XS
SM
MD
LG