Liens d'accessibilité

Martin Kobler dénonce la poursuite d’enrôlement d’enfants par les groupes armés congolais


Un enfant soldat, Aimé Dieudonné, de l'Union des patriotes congolais (UPC), le 6 février 2003

Un enfant soldat, Aimé Dieudonné, de l'Union des patriotes congolais (UPC), le 6 février 2003

Le chef de la mission des Nations unies en RDC (Monusco) a salué, mercredi, les efforts faits dans ce domaine mais a condamné la poursuite de ces recrutements.

Martin Kobler a fait la déclaration à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre le phénomène des enfants soldats.

Il a parlé des milliers d’enfants qui continuent d’être enrôlés par les groupés armés dans l’Est de la République démocratique du Congo.

”Le recrutement d’enfants compromet l’avenir de ces enfants et prive la RDC de leur vigueur”, a-t-il affirmé.

” La place des enfants c’est à l’école et non pas sur le champ de bataille. Donnons-leur des crayons et non des armes. J’invite tous les enfants soldats à se rendre et lance un appel aux jeunes à résister aux groupes armés”, a-t-il continué plus loin.

Au moins 300.000 enfants soldats - des garçons et des filles de moins de 18 ans - sont victimes dans plus de 30 conflits dans le monde, d’après le Protocole facultatif à la Convention relative aux Droits de l'Enfant concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés est entré adopté par l'Assemblée Générale des Nations Unies en mai 2000 et ratifié par 100 pays parmi lesquels la RDC.

La Journée internationale de lutte contre le phénomène des enfants soldats a été lancée en 2002 lors de l’entrée en vigueur dudit protocole.

Le Plan d’Action pour la lutte contre le recrutement et l’utilisation d’enfants par les forces armées et les services de sécurité de la RDC a été signé le 4 octobre 2012 par le Gouvernement congolais.

XS
SM
MD
LG