Liens d'accessibilité

Une "femme-mulet" décède après une bousculade au poste-frontière de Ceuta


Photo du poste frontière de Ceuta, le 1er janvier 2017

Une Marocaine est décédée à l'hôpital de Tétouan au Maroc, quatre jours avoir été piétinée dans une bousculade au poste-frontière de Ceuta.

Âgée d'une vingtaine d'années, elle transportait sur son dos de la marchandise achetée à Ceuta qu'elle voulait acheminer de l'autre côté de la frontière, jeudi matin, comme le font quotidiennement des milliers de femmes à ce poste-frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole, a indiqué Mohamed Benaïssa, de l'Observatoire du nord des droits de l'Homme (ONDH).

La jeune femme a été piétinée dans une bousculade, a expliqué M. Benaïssa.

Transportée dans un hôpital de la ville voisine de Fnid'q, elle a été évacuée dimanche à l'hôpital provincial de Tétouan, où elle est décédée à son arrivée, a précisé un médecin urgentiste de l'hôpital.

Selon lui, elle souffrait d'une oedème aigu du poumon, une affection pulmonaire d'origine cardiaque.

Les autorités de Ceuta avaient rénové fin février l'ancien poste-frontière, notamment pour améliorer les conditions de travail des porteurs de marchandises entre cette enclave espagnole et le Maroc, dont la très grande majorité sont des femmes.

Elles avaient également annoncé un renforcement des mesures de contrôle, notamment le poids et les dimensions des colis portés par les travailleuses journalières, et l'établissement d'un quota maximum de 4.000 porteurs par jour.

Ces mesures n'ont cependant pas réglé le problème et l'ouverture du nouveau point de passage a été marquée par de nombreuses bousculades, nécessitant à plusieurs reprises l'intervention musclée des forces de l'ordre.

Face à cette situation, le poste-frontière a été de nouveau fermé pendant une semaine, avant de rouvrir à la mi-mars.

Les "femmes-mulets", qui transportent parfois jusqu'à 70 kilos sur le dos, font plusieurs allers-retours dans la journée, et ce dès l'aube, et sont "traitées comme du bétail", selon Karima Omar El Ayachi, une responsable locale de l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH).

"Ce qui s'est passé est la conséquence de la gestion chaotique du passage frontalier par les autorités des deux pays", a accusé pour sa part M. Benaïssa.

En novembre, l'Association pour les droits de l'Homme en Andalousie (APDHA) avait dénoncé la situation des "porteuses" de Ceuta, estimées à près de 7.000, qui "transportent des poids de 60 à 90 kilos sur leurs dos" pour 10 euros par jour, et subissent "humiliations quotidiennes et traitements dégradants".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG