Liens d'accessibilité

Marche en soutien aux enseignants menacés par les jihadistes au Burkina


Les manifestants scandent des slogans contre la garde présidentielle à Ouagadougou, au Burkina Faso, 16 Septembre, 2015.

Plus d'un millier de personnes ont marché en silence vendredi à Ouagadougou en soutien à des enseignants de la région du nord menacés par les jihadistes et en hommage à un directeur d'école tué lors d'une attaque la semaine dernière.

Munis de brassards et de banderoles noirs, les manifestants, des enseignants et des élèves notamment, ont défilé en silence avant un sit-in devant le ministère de l'Education nationale.

Une "journée de deuil, d'hommage et de solidarité" a également été observée vendredi dans la quasi-totalité des 45 provinces du pays, selon des responsables syndicaux joints par l'AFP.

Fin janvier, des individus non identifiés ont fait irruption dans plusieurs écoles de la province du Soum (frontalière avec le Mali), sommant les enseignants de ne plus dispenser le français, et d'enseigner uniquement l'arabe et le Coran.

Après une visite dans la région fin janvier, le ministre de l'Education nationale Martin Coulibaly avait assuré que le "dispositif sécuritaire sera renforcé, les enseignants et les écoles sécurisés".

"Malheureusement, les enseignants n'ont rien vu comme dispositif", a regretté vendredi le porte-parole des syndicats de l'Education nationale, Mamadou Barro.

La semaine dernière, un directeur d'école a été abattu à Kourfayel, toujours dans le Soum, par des présumés jihadistes.

Pour ces syndicats de l'Education, "le gouvernement est responsable" de cette situation car "nos plus hautes autorités étaient au courant des menaces proférées dans les localités ciblées".

"Du ministre de la Sécurité au ministre de la Défense, personne n'a pris une quelconque disposition pour sécuriser la zone", ont-ils estimé dans une déclaration.

Ces syndicats ont dit "condamner la gestion du gouvernement qui a pour conséquence d'exposer les agents publics (face à) un danger évident de mort violente".

Depuis l'assassinat du directeur d'école, les enseignants, se "sentant davantage exposés au danger et "las d'attendre (leur) sécurisation", ont déserté les écoles, entraînant la fermeture des classes, disent-ils.

"Ils n'ont pas d'autre choix", a justifié M. Barro, selon qui "les terroristes continuent à se balader impunément de village en village pour menacer et agresser les enseignants".

Pour permettre le retour de ces enseignants, les organisations syndicales "exigent la sécurisation effective des établissements publics et privés".

Longtemps épargné par les attaques sous le régime de Blaise Compaoré, le Burkina est entré depuis avril 2015 dans un cycle d'enlèvements et d'attaques islamistes, surtout dans le nord du pays, frontalier du Mali et du Niger.

En décembre 2016, une attaque contre un détachement de l'armée à Nassoumbou, revendiquée par le mouvement Ansarul Islam, dirigé par le Burkinabè Malaam Ibrahim Dicko, a fait 12 morts et traumatisé le pays.

Le 15 janvier 2016, un commando de trois assaillants avait tué 30 personnes et fait 71 blessés en plein coeur de la capitale Ouagadougou, lors d'une attaque revendiquée par le groupe Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG