Liens d'accessibilité

Mali: trois militaires des forces spéciales françaises blessés par une mine


Les forces spéciales françaises à Gao, dans le nord du Mali, janvier 2013.

Les forces spéciales françaises à Gao, dans le nord du Mali, janvier 2013.

Trois militaires des forces spéciales françaises déployées au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane ont été blessés cette semaine par une mine, a révélé jeudi le ministère français de la Défense.

"Trois membres des forces spéciales ont été blessés dans le cadre de l'opération Barkhane cette semaine", a déclaré lors d'un point presse le porte-parole du ministère, Pierre Bayle. "Ils ont sauté sur une mine dans le nord du Mali mardi en fin d'après-midi", a précisé le porte-parole de l'état-major français, le colonel Gilles Jaron. Le ministère s'est refusé à toute précision sur l'état de gravité des blessés et les circonstances précises dans lesquelles ils ont été touchés.

L'opération Barkhane compte 3.000 militaires français, dont environ 1.300 au Mali. Elle est concentrée sur la lutte, notamment transfrontalière, contre les groupes jihadistes.

Elle a succédé à l'opération Serval, lancée en janvier 2013 pour traquer les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui occupaient depuis plus de neuf mois le nord du Mali. Neuf soldats français sont morts au combat au Mali dans ces opérations, le dernier en juillet 2014 dans un attentat suicide. Fin août, un soldat de 23 ans était par ailleurs décédé à la suite d'un "tir accidentel" effectué par l'un de ses camarades dans l'enceinte d'un camp de la force Barkhane, à Gao.

Des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre, puis à partir de juin au sud du pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG