Liens d'accessibilité

750 militaires militaires français déjà engagés au Mali


Ce chiffre va augmenter selon François Hollande. Le président français a aussi annoncé mardi à Abou Dhabi que de nouvelles frappes dans la nuit ont "atteint leur objectif".

Les combattants djihadistes, soumis à des frappes aériennes françaises depuis plusieurs jours, auraient évacué certaines grandes villes du Nord du Mali qu'ils occupaient.

Depuis plusieurs jours, l’armée française a multiplié ses bombardements sur les positions tenues jusque-là par les rebelles islamistes.

Idriss Fall a contacté au moins deux de nos sources dans le Nord. A Douentza, les islamistes ont bien évacué la zone. "Actuellement nous ne voyons aucun élément des Moudjahidines dans la ville de Douentza", a déclaré Souleymane Diarra, un habitant de la ville.

"Après les bombardements lundi matin vers 11h20, il n’y a qu’un seul véhicule qui a quitté dans la brousse pour venir faire de petits achats au niveau du marché de Douentza. Mais ces gens n’ont pas pris de temps dans la ville de Douentza, ils ont emprunté la route de Tombouctou", a ajouté M. Diarra.

A Tombouctou cependant, on signale toujours la présence des combattants djihadistes.

« La vie est au ralenti ici à Tombouctou », rapporte notre correspondant dans la localité. « Quant aux islamistes, ils n’ont pas tout à fait quitté la ville. Il y a encore quelques-uns qui sont là présents » a-t-il indiqué.

A la question de savoir pourquoi les combats au sol ne sont pas encore engagés le Lieutenant-Colonel Diarran Koné, porte-parole de l’armée malienne, évoquant des secrets militaires, affirme ne pas pouvoir y répondre.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG