Liens d'accessibilité

Mali : le Sud-africain tué dans l’hôtel communiquait avec ses proches au moment de l’attaque


Des casques bleus de la mission onusienne patrouillent près d'une discothèque qui a été l'objet d'une attaque à Bamako, Mali, 7 mars 2015

Des casques bleus de la mission onusienne patrouillent près d'une discothèque qui a été l'objet d'une attaque à Bamako, Mali, 7 mars 2015

Roelof "Jaco" Janse van Rensburg décrivait en direct à ses proches, depuis la salle de bain où il s'était réfugié, une "zone de guerre" au moment de l'assaut.

Âgé de 39 ans, Roelof "Jaco" Janse van Rensburg, un sapeur-pompier de formation spécialisé dans les secours, fait partie des cinq sous-traitants de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) tués dans l'attaque de l'hôtel Byblos qui a débuté vendredi matin et s'est achevée samedi.

L'attaque n'a pas été revendiquée mais les soupçons des enquêteurs maliens se portent sur un groupe récemment constitué et allié aux jihadistes d'Ansar Dine, le Front de libération du Macina (FLM).

Pendant l'attaque par un commando armé, Janse van Rensburg s'est réfugié dans la salle de bains de sa chambre et a prévenu sa famille via un service de messagerie sur son téléphone portable.

"Il disait que c'était comme une zone de guerre à l'extérieur", a expliqué à l'AFP son beau-frère, Cobus Smal.

"Tout le monde se cachait, ils étaient pris au piège dans leurs chambres", a-t-il ajouté.

Le secouriste a continué à envoyer des messages jusqu'à environ 18H00 GMT vendredi jusqu'à ce que la batterie de son téléphone soit complètement déchargée.

Ce n'est que le lendemain après-midi que sa famille a appris la nouvelle de sa mort.

"De toute évidence, c'est très difficile pour ma soeur et les enfants", a confié M. Smal.

"Nous essayons à présent de voir comment nous pouvons récupérer son corps pour organiser des funérailles", a-t-il expliqué.

Un second Sud-Africain présent dans l'hôtel avait pu être libéré par les forces maliennes, tout comme deux Ukrainiens et un Russe.

Au total, l'attaque a fait 13 morts: quatre soldats maliens, cinq sous-traitants (un Malien, un Népalais, un Sud-Africain et deux Ukrainiens) et quatre assaillants.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG