Liens d'accessibilité

La rentrée scolaire doit avoir lieu le 15 octobre à Kidal


A Kidal, des enfants regardent passer un véhicule de la MINUSMA. (Archives)

A Kidal, des enfants regardent passer un véhicule de la MINUSMA. (Archives)

Le gouvernement et la CMA oeuvrent de concert pour que la rentrée ait bien lieu à la date retenue d’un commun accord.

Sur place, un travail préalable de deux semaines a été effectué par les différents partenaires. Les aspects sécuritaires et la prise en compte des enfants qui n’ont pas été à l’école ces trois dernières années ont retenu l'attention.


Dix-sept enseignants sont déjà à Kidal, trente enseignants volontaires sont prêts à aller les rejoindre. Au niveau du ministère de l'Education, tout est fin prêt pour la rentrée scolaire à Kidal. Les responsables des différents établissements scolaires de la ville de même que le gouverneur ont travaillé avec la CMA afin que la rentrée soit effective le 15 octobre 2016.

Dans un communiqué la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) se dit prête pour le lancement officiel, par le Représentant de l’Etat, de l’ouverture des classes le 15 octobre dans la région de Kidal. Le même communiqué souligne que la cérémonie de lancement, à laquelle sont invités tous les partenaires de l’école, confirme la volonté de la CMA de faciliter le retour de l’administration conformément à l’accord de paix issu du processus d’Alger. Cette volonté est également une réponse positive à l’appel lancé par la médiation internationale et les garants de l’accord lors de la réunion interministérielle tenue à New York en marge de la 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Pour conforter cette dynamique en vue de la mise en œuvre de l’accord, la CMA a déjà fourni les listes de ses représentants au sein des autorités intérimaires, de la Commission d’Intégration, de la Commission DDR, du Comité National de la Réforme du Secteur de la Sécurité, ainsi que des patrouilles mixtes. Afin de préserver cet élan, la CMA appelle la médiation internationale et les garants de l’Accord à s’investir avec davantage de rigueur dans le suivi de la mise en œuvre de l'accord d'Alger.

XS
SM
MD
LG