Liens d'accessibilité

Mali : La petite fille, premier cas d’Ebola, est décédée


Le personnel de santé s'active à désinfecter les alentours d'une résidence où des personnes infectées d'Ebola habitaient.

Le personnel de santé s'active à désinfecter les alentours d'une résidence où des personnes infectées d'Ebola habitaient.

La petite fille, premier cas de la maladie d’Ebola confirmé au Mali, est décédée, annonce la radio nationale malienne.

Elle était âgée de deux ans et venait de la Guinée d'où sa grand-mère l'a ramenée après le décès de sa mère.

La maladie du virus d’Ebola a eu raison d’elle vendredi alors que les autorités médicales faisaient état d’une amélioration.

Le porte-parole du ministère de la santé, Markatié N’Daou, avait la veille indiqué à VAO Afrique qu’une équipe constituée du personnel soignant malien, formée par Médecins Sans Frontières, CDC et NIH, prenait soin de l’enfant.

L'OMS a révélé que la petite présentait déjà des symptômes d’Ebola en Guinée d’où sa grand-mère l’a ramenée pour chercher des soins à Kayes, une ville de l’ouest du Mali.

Une enquête a été enclenchée immédiatement après la confirmation du virus sur des échantillons prélevés sur la petite. Elle a permis d’identifier 43 personnes qui ont été en contrat étroit avec l’enfant - des contacts non protégés. Parmi eux: dix travailleurs de la santé, qui ont également été isolés et restent sous surveillance, selon Sory Ibrahim Traoré d'Action Citoyenne Stop Ebola.

En fait, des membres du personnel soignant confirment l’information que l’OMS a publiée. Ils révèlent que le cas n’était pas premièrement soigné comme celui d’Ebola, exposant ainsi tout le personnel de santé qui a manipulé la petite fille.

Une infirmière a, en effet, déclaré que la petite décédée a d’abord été soignée pour le paludisme et la fièvre typhoïde, sans qu’aucune mesure de protection ne soit prise par le personnel soignant.

Des mesures de précaution ont toutefois été prises dès que le cas a été confirmé, selon N’Daou.

XS
SM
MD
LG