Liens d'accessibilité

Mali : la Haute Cour rejette la plainte contre le président Keïta


Ibrahim Boubacar Keïta, président du Mali, à Bamako, au Mali, 21 novembre 2015.

Ibrahim Boubacar Keïta, président du Mali, à Bamako, au Mali, 21 novembre 2015.

La Haute Cour de justice du Mali, habilitée à juger les dirigeants et ex-dirigeants du pays, a rejeté la plainte pour "haute trahison" déposée contre le président Ibrahim Boubacar Keïta par un collectif d'associations, selon un de ses responsable lundi.

"Ce document a été rejeté par la Haute Cour", a déclaré à l'AFP un responsable de cette institution dont les membres sont choisis parmi les députés à chaque renouvellement de l'Assemblée nationale.

La même décision est publiée dans un document interne de la Haute Cour consulté par un journaliste de l'AFP.

Le collectif baptisé Bloc d'intervention patriotique pour la réunification entière du Mali (Biprem) avait annoncé avoir déposé le 2 mars une plainte contre le président Keïta "pour haute trahison et gestion calamiteuse" du pays auprès de la Haute Cour.

Le Biprem reprochait à M. Keïta d'avoir échoué dans le serment prêté lors de son investiture en septembre 2013 de "garantir l'intégrité territoriale" du Mali, ajoutant que la ville de Kidal (extrême nord-est) échappait toujours au contrôle de l'Etat et que le pays demeurait en proie à l'insécurité.

La Haute Cour "ne considère pas ça comme une plainte, c'est un tract dans sa présentation (et) ces associations ne sont pas habilitées à déposer une telle plainte. Et surtout, ce n'est pas du tout la procédure à suivre", a expliqué le responsable, qui a souhaité conserver l'anonymat.

Les membres actuels de la Haute Cour ont été nommés en 2014. Cette institution est habilitée à juger les ministres, présidents, ex-ministres ou anciens présidents de la République mis en accusation devant elle pour des crimes ou délits commis dans l'exercice de leurs fonctions.

D'après les dispositions en vigueur, "la mise en accusation est votée par scrutin public à la majorité des deux tiers des députés composant l'Assemblée nationale".

Selon la loi relative à son fonctionnement, "lorsque le président de la République est susceptible d'être inculpé à raison des faits qualifiés de haute trahison, l'Assemblée nationale en est saisie par son président".

Le Biprem est présidé par Lassine Diawara, journaliste, qui avait déclaré soutenir le capitaine Amadou Aya Sanogo, meneur du coup d'Etat ayant renversé en mars 2012 le président Amadou Toumani Touré.

M. Diawara a ensuite soutenu la candidature d'Ibrahim Boubacar Keïta pour l'élection présidentielle de 2013, avant de rejoindre l'opposition.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG