Liens d'accessibilité

Mali : l'ONU brandit des sanctions et appelle les belligérants à reprendre les négociations


Mossa Ag Attaher, le porte-parole du Mouvement national pour la Libération de l'Azawad, lors d'une conférence de press à Rabat, Maroc, janvier le 23 2014.

Mossa Ag Attaher, le porte-parole du Mouvement national pour la Libération de l'Azawad, lors d'une conférence de press à Rabat, Maroc, janvier le 23 2014.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a lancé cet appel vendredi au gouvernement et aux groupes armés du nord du Mali, à travers une déclaration adoptée à l’unanimité de ses membres.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté vendredi le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays à faire avancer leurs négociations de paix à Alger et a menacé de sanctions d'éventuels belligérants.

Dans une déclaration unanime, le Conseil appelle les protagonistes à "reprendre sans tarder" ces négociations et à "dialoguer par l'intermédiaire de représentants de haut niveau et disposant de l'autorité voulue en vue de parvenir, dans les plus brefs délais, à un accord de paix global et sans exclusive".

Il leur demande de "mettre au point des mécanismes de contrôle concrets qui garantiront l'application intégrale, scrupuleuse et immédiate d'un futur accord".
Des négociations doivent reprendre bientôt à Alger, l'Algérie menant une difficile médiation depuis des mois.

Le Conseil "se déclare prêt à envisager de prendre les mesures appropriées, y compris d'imposer des sanctions ciblées, à l'encontre de ceux qui reprennent les hostilités et violent le cessez-le-feu".

Le gouvernement malien et six mouvements armés du Nord ont mené quatre rounds de discussions depuis juillet 2014 à Alger. L'objectif est de ramener la paix dans le nord du Mali, région toujours instable malgré une intervention militaire française puis internationale lancée en 2013 contre les rebelles islamistes.

La dernière session de pourparlers s'est achevée fin novembre. Un projet d'accord, présenté par Alger, prévoit une vaste autonomie pour le nord du pays.
Le Conseil "déplore la violence qui continue de se déchainer dans le nord du Mali" et exige la fin immédiate des hostilités.

De nouveaux combats ont éclaté mercredi entre des groupes rebelles et pro-gouvernementaux à Gao, dans le nord du Mali, et un véhicule de l'armée a sauté sur une mine à Tombouctou.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG