Liens d'accessibilité

Mali : frustrations des victimes après l’échange des prisonniers contre l’otage français


Le président français François Hollande (gauche) et l'ex-otage Serge Lazarevic s'étreignent après avoir prononcé des discours à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris, le 10 décembre 2014.

Le président français François Hollande (gauche) et l'ex-otage Serge Lazarevic s'étreignent après avoir prononcé des discours à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris, le 10 décembre 2014.

Les victimes des prisonniers libérés en échange du dernier otage français Serge Lazarevic au Mali ont exprimé à VOA leurs frustrations.

Le gouvernement malien reconnait avoir libéré de quatre militants en échange du Français Serge Lazarevic détenu depuis trois ans par al-Qaida au Maghreb islamique et libéré mardi.

Dans une interview accordée à la chaine de télévision France 24, le ministre malien de la Justice, Mohamed Ali Bathily, a dit que « ce n’est pas de gaité de cœur que le mali s’engage dans de telles opérations.

Des organisations maliennes de défense des droits humains avaient dénoncé cette décision.

Timothée Donangmaye a recueilli la réaction de Moctar Mariko, président de l’Association malienne des droits de l’Homme.

Le ministre malien de la Justice Mohamed Ali Bathily a admis vendredi que le ressortissant français a été échangé avec quatre djihadistes dont Mohammed Aly Ag Wadoussène, l’auteur de l'enlèvement de Lazarevic.

Ag Wadoussène avait été mis en prison, accusé d’être l’organisateur de l’enlèvement à Hombori de Serge Lazarevic et son compagnon Philipe Verdon.

Le 16 Juin 2014, Ag Wadoussène a tenté de s’évader de prison et a abattu l’adjudant Kola Sofara. La famille de ce s’est sentie foudroyée par l’annonce de la nouvelle cet échange.

Le frère de son frère l’adjudant Kola Sofara, Sidi Sofara, joint depuis Bamako, a déclaré sa déception à la VOA.

XS
SM
MD
LG