Liens d'accessibilité

Mali : la junte promet de rétablir la constitution et les institutions


Des soldats montent la garde au camp de Kati, quartier général de la junte, non loin de Bamako.

Des soldats montent la garde au camp de Kati, quartier général de la junte, non loin de Bamako.

Dans le Nord, Tombouctou, Gao et Kidal aux mains des rebelles touareg.

Le Mali est coupé en deux après une avancée fulgurante des rebelles touareg. Ces derniers ont pris dimanche le contrôle de Tombouctou, dont la chute consacre leur mainmise sur la quasi-totalité du Nord malien. En effet, en trois jours à peine, ils se sont emparés de Kidal, Gao et Tombouctou.

La junte, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré le 22 mars, a dépêché un émissaire à Tombouctou pour négocier un cessez-le-feu avec les rebelles, a annoncé dimanche son chef, le capitaine Amadou Sanogo. Mohamed Ag Erlaf, un ancien ministre, a rencontré Mohamed Najim, l'un des responsables militaires du MNLA qui, selon lui, « a promis d'assurer la sécurité des populations ».

Face à l’ultimatum de la CEDEAO et à la déroute de son armée, le capitaine Sanogo a promis de rétablir la constitution et les institutions, sans pour autant fixer de calendrier pour des élections. Il a parlé d’une consultation avec toutes les forces vives du pays au sein d’une convention nationale.

Le président en exercice de la CEDEAO, l'Ivoirien Alassane Ouattara, a annoncé dimanche soir la tenue d’un autre sommet régional aujourd’hui à Dakar, en marge de l’investiture du nouveau président du Sénégal, Macky Sall. La CEDEAO avait lancé jeudi un ultimatum pour exiger le retour à l’ordre constitutionnel dans les 72 heures.

Dans une interview à la VOA, Rémi Ajibewa, responsable des affaires politiques et de la coopération internationale à la CEDEAO, a exprimé son scepticisme quant aux promesses de la junte malienne, en attendant leur mise en œuvre effective. Il a précisé que l’organisation régionale imposera dès aujourd’hui des sanctions diplomatiques et financières contre le Mali, y compris un gel des avoirs des putschistes et la fermeture de ses frontières avec les autres Etats membres de la CEDEAO.

XS
SM
MD
LG