Liens d'accessibilité

Mali : des militaires maliens attaquent un camp militaire à Bamako, l’armée française prend Tessalit.


Amadou Sanogo (g.), ancien chef de la junte.

Amadou Sanogo (g.), ancien chef de la junte.

Tôt ce vendredi matin, des unités de l’armée malienne ont encerclé le camp des Parachutistes des « bérets rouges » à Djikoroni. Il y aurait eu au moins trois morts et plusieurs blessés.

A Bamako les hostilités ont repris entre « bérets verts », des militaires proches de l’ancienne junte, et « bérets rouges », des militaires issus de la garde rapprochée de l’ancien président Amadou Toumani Touré.

​Tôt ce vendredi matin, des unités de l’armée malienne ont encerclé le camp des Parachutistes des « bérets rouges » à Djikoroni. Il y aurait eu au moins trois morts et plusieurs blessés.

Dans le nord du Mali, pour la première fois un kamikaze s’est fait sauter à un poste de contrôle sur la route menant vers Bourem. Le kamikaze est mort et un soldat malien a été blessé.

Par ailleurs, l’armée française poursuit sa traque aux islamistes. La ville de Tessalit, dernier bastion des groupes islamistes qui occupaient le nord du Mali a été prise par les forces armées françaises et tchadiennes, information donnée ce vendredi par le ministère français de la Défense.

Tessalit est une ville située à l'extrême nord-est du Mali. Une opération aéro-terrestre a eu lieu durant la nuit. "Des éléments français des forces spéciales ont été parachutés sur l’aéroport de Tessalit avec pour objectif de sécuriser la piste", a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’état-major, le colonel Thierry Burkhard.
XS
SM
MD
LG