Liens d'accessibilité

Le capitaine Amadou Sanogo dirige la junte.

Les soldats mutins ont annoncé avoir “mis fin au régime” du président Amadou Toumani Touré (ATT), et suspendu la constitution. Ils sont apparus très tôt jeudi à la télévision nationale pour faire leur déclaration, à la suite d’échanges de coups de feu autour du palais présidentiel dans la soirée de mercredi.

Les mutins ont constitué une junte dirigée par le capitaine Amadou Sanogo, et baptisée Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE).

Tout a commencé mercredi au camp militaire de Kati, dans la banlieue de Bamako. Après une réunion qui aurait mal tourné avec le ministre malien de la Défense, les soldats ont commencé à tirer en l’air, protestant contre la manière dont le gouvernement a mené la guerre contre les rebelles touareg dans le Nord. Les militaires exigeaient des armes plus performantes contre le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), qui a pris plusieurs villes dans cette région. Il y a eu aussi mutinerie, pour les mêmes raisons, à Gao.

Le président Amadou Toumani Touré s’était engagé à quitter le pouvoir, après ses deux mandats à la tête du pays. Son successeur devait être choisi dans les élections prévues le 29 avril.

Idrissa Seydou Dia a fait le point de la situation avec notre correspondant sur place :

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG