Liens d'accessibilité

Mali : Human Rights Watch fait état de la disparition d’une vingtaine « bérets rouges »


Le capitaine Amadou Sanogo

Le capitaine Amadou Sanogo

L’ONG de défense des droits humains basée à New York rapport que plusieurs militaires loyaux au président déchu Amadou Toumani Touré, ont été arrêtés à la suite des événements d’avril.

Human Rights Watch affirme que les soldats loyaux au capitaine Amadou Sanogo ont fait disparaitre au moins une vingtaine de militaires liés à la tentative de contre-coup d’Etat du mois d’avril. L’ONG de défense des droits humains basée à New York rapporte que plusieurs « Bérets rouges », des militaires loyaux au président déchu Amadou Toumani Touré, ont été arrêtés à la suite des événements d’avril. Beaucoup ont été torturés et détenus pendant plusieurs jours dans des prisons bondées. On est sans nouvelle d’une vingtaine d’entre eux et l’on craint qu’ils ne soient morts.

Human Rights Watch accuse, par ailleurs, les forces de Sanogo d’avoir intimidé et harcelé des journalistes et des membres des familles qui cherchaient à savoir ce qu’il est advenu des soldats en question.

Le capitaine Sanogo et d’autres militaires ont pris le pouvoir en mars, accusant le président Amadou Toumani Touré de n’avoir pas fourni à l’armée les moyens de combattre la rébellion dans le Nord du pays.

Sous les pressions internationales, Sanogo a accepté, en avril, de remettre le pouvoir à un gouvernement intérimaire chargé d’organiser des élections mais, selon Human Rights Watch, il continue d’avoir « une influence considérable » avec l’appui de l’armée.

XS
SM
MD
LG