Liens d'accessibilité

Nord du Mali : Amnesty appelle à la fin des amputations par les islamistes


Dans un rapport publié le 20 septembre 2012, Amnesty International dénonce les violences commises contre des civils dans le nord du Mali, occupé par des islamistes liés à al Qaida au Maghreb Islamique.

L’Ong pointe également du doigt Bamako et les milices progouvernementales, notamment concernant l’enrôlement d’enfants-soldats. Les délégués d’Amnesty ont enquêté dans la capitale malienne et ont visité des camps à Soufouroulaye et à Sévaré, dans le cercle de Mopti, où des enfants ont été recrutés.

Amnesty rappelle dans son rapport que dans la nuit du 8 au 9 septembre dernier, 16 membres d’une confrérie musulmane, la Dawa, ont été arrêtés à bord d’un véhicule par des militaires à Diabaly, et exécutés de manière extrajudiciaire.

« Les autorités maliennes doivent faire toute la lumière sur ces faits et traduire en justice les auteurs de ces actes », a insisté Gaëtan Mootoo, au retour d’une mission au Mali.

D’autre part, Amnesty souligne que les amputations commises par les islamistes dans le Nord du Mali contre la population sont de plus en plus fréquentes, et dénonce également les violences faites aux femmes et aux jeunes filles.

« Amputations et autres châtiments corporels, violences sexuelles, harcèlement quotidien dans le but d’imposer de nouvelles mœurs, enfants soldats, exécutions extrajudiciaires : tel est le lot des civils pris dans le conflit qui secoue le Mali …», souligne le rapport.

Quelques heures après la publication de ce rapport, les islamistes contrôlant Tombouctou dans le Nord du Mali ont arrêté des femmes et des filles qui ne portaient pas le voile, et ont ordonné que toute femme qui sera dans la rue à partir de 23H00 soit conduite en prison, ont rapporté des habitants. Ces femmes sont également menacées d’être soumises à une contravention, selon une directive d'Ansar Dine.


Ecoutez Gaëtan Mootoo, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International
XS
SM
MD
LG