Liens d'accessibilité

Mali : Ba N'Dao, nouveau ministre de la Défense


Le chef d'état-major Ibrahima Dahirou Dembele, à droite, et le chef d'état-major de Cote d’Ivoire Soumaila Bakayoko à Bamako, 16 janvier 2013 REUTERS / Joe Penney (Photo d'Archives)

Le chef d'état-major Ibrahima Dahirou Dembele, à droite, et le chef d'état-major de Cote d’Ivoire Soumaila Bakayoko à Bamako, 16 janvier 2013 REUTERS / Joe Penney (Photo d'Archives)

Ce colonel-major de l'armée de l'air à la retraite remplace Soumeylou Boubèye Maïga, qui a démissionné.

Une semaine après une lourde défaite de l'armée face à la rébellion touareg, le ministre malien de la Défense Soumeylou Boubèye Maïga, figure de la vie politique à Bamako, a démissionné.

Il a été remplacé mercredi par un officier de l'armée de l'air à la retraite, Ba N'Dao.

Ce dernier est un colonel-major de l'armée de l'air à la retraite, Ba N'Dao, ancien aide de camp du général Moussa Traoré qui avait pris le pouvoir par la force en 1968, puis chef d'état-major adjoint de l'aviation sous la présidence d'Alpha Oumar Konaré de 1992 à 2002.

M. N'Dao a été formé dans l'ex-Union soviétique et est diplômé de l'école de guerre de Paris.

Soumeylou Boubèye Maïga est une figure de la vie politique du Mali où il a notamment été chef des services de renseignements, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Défense au cours des vingt dernières années.

Personnalité jugée compétente, il est considéré comme proche du président Ibrahim Boubacar Keïta qui, à sa prise de fonction en septembre 2013, l'avait nommé à ce poste sensible.

Il était chargé de superviser, avec le soutien de l'Union européenne (UE), la restructuration d'une armée laminée et humiliée début 2012 par une offensive de rebelles touareg du Nord, alliés à des groupes jihadistes.

Il a également procédé à un coup de balai au sein de l'armée qui a abouti à l'arrestation, l'inculpation et l'incarcération fin 2013 d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs de ses proches, auteurs du coup d'Etat de mars 2012 qui avait plongé le Mali dans le chaos.
Sa démission a été annoncée dans la soirée de mardi par la présidence malienne.

Mais selon ses proches, cités par l’AFP, c'est M. Boubèye Maïga lui-même qui a pris l'initiative de proposer de partir "lorsqu'il a compris qu'on voulait faire porter le chapeau à la hiérarchie militaire" pour une nouvelle défaite récente de l'armée face aux groupes armés du Nord.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG