Liens d'accessibilité

Pas de libération sous caution pour un séropositif qui déflorait des mineures au Malawi


Des avocats malawites

Des avocats malawites

Un tribunal du Malawi a refusé la demande de libération sous caution d'un homme séropositif accusé d'avoir été payé pour déflorer plus d'une centaine d'adolescentes, dans le cadre de pratiques rituelles organisées par leurs parents.

Eric Aniva, 45 ans, a été arrêté fin juillet après avoir confessé dans une interview à la BBC avoir eu des rapports sexuels avec des jeunes filles, en échange de quatre à sept dollars réglé par leurs familles, et ce malgré sa séropositivité.

Vendredi, le juge Anderson Masanjala a refusé sa libération sous caution indiquant qu'il était "raisonnable pour M. Aniva de rester en détention provisoire pendant l'enquête de la police".

M. Aniva, originaire de Nsanje au sud du Malawi, a comparu sans avocat, faute de moyens, devant le tribunal de cette ville plein à craquer.

Selon une coutume locale pratiquée dans le sud du Malawi, des parents d'adolescentes embauchent un homme, surnommé "la hyène", pour les déflorer après les premières règles, un rituel qui dure trois jours.

Cette pratique est censée apprendre aux jeunes filles à devenir de bonnes épouses et les protéger des maladies ou d'autres malheurs risquant de porter préjudice à leur famille ou leur village.

Selon ses propres dires, M. Aniva aurait eu des rapports sexuels avec 104 jeunes filles, certaines ayant seulement 12 ans.

Il avait été arrêté à la demande même du président malawite Peter Mutharika après avoir fait cette terrible confession dans l'interview à la BBC.

L'homme, qui a deux épouses, avait reconnu avoir eu des rapports non protégés bien qu'il soit porteur du virus du sida. Il avait affirmé que la coutume lui interdisait d'utiliser des préservatifs.

S'il est reconnu coupable, il risque la prison à vie pour avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs de moins de 16 ans. Il sera jugé à partir du 15 août.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG