Liens d'accessibilité

Lutte contre le terrorisme dans le Sahel : des progrès notables, selon le nouveau commandant de Barkhane


Des soldats de la force française Barkhane à Inat, Mali, 26 mai 2016.

Des soldats de la force française Barkhane à Inat, Mali, 26 mai 2016.

Le nouveau commandant des forces françaises Barkhane, le général François-Xavier de Woillemont, estime que des progrès notables ont été accomplis dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

Selon lui, les groupes djihadistes du Sahel n’ont plus la capacité tactique de procéder à des actions d’envergure.

"Les groupes terroristes n’ont plus de capacité qu’on appelle tactique. Ils n’ont de capacité de prendre une ville, de contrôler une ville. Ils restent dangereux comme tous les groupes terroristes du monde mais n’ont plus ce qu’on a appelé un moment l’industrialisation du terrorisme notamment dans le nord Mali", a affirmé le général Woillemont dans une interview sur radio Omega.

Pour lui, il n’y a plus de groupes terroristes capables de mener des actions d’envergure dans le Sahel.

"Ça ne veut pas dire que la question est réglée. Mais ça veut dire que le travail des actions des armées du G5 (NDLR, la force régionale) et Barkhane a porté ses fruits", a précisé le nouveau commandant des forces Barkhane.

L’officier a cependant souligné l’importance d’intégrer les groupes armés dans les accords de paix et réconciliation dans la région.

"Notre action militaire n’a de sens qu’au service d’une avancée politique, une avancée de la réconciliation et des accords de paix. Nous, tout ce qu’on peut faire, c’est aider à lutter contre tous ceux qui empêchent un accord de paix, en luttant contre les terroristes, aider cet accord de paix. Tous ces groupes qui peuvent apparaître doivent être pris en compte dans un accord de paix", a-t-il affirmé.

XS
SM
MD
LG