Liens d'accessibilité

Une dizaine de personnes arrêtées au Cameroun dans le cadre de la lutte contre la corruption


Le président Paul Biya du Cameroun, Paris, 17 mai 2014

Le président Paul Biya du Cameroun, Paris, 17 mai 2014

Quartoze personnes ont été arrêtées et envoyées à la prison centrale de Kornengé à Yaounde, figure Joseh Andre Eyebe Eyebe sous-préfet de Bangagté dans l’ouest du Cameroun.

M. Eyebe a été arrêté et son bureau scellé à peine un mois après sa nomination.

Joseph Eyebe Eyebe et ses 13 présumés complices sont accusés d’avoir détourné 9 millions de dollars destinés pour indemniser la population déplacée avant la construction du port en eau profonde du barrage de Kribi et le barrage de Bankim.

Parmi les personnes arrêtées, on compte aussi des autorités administratives et les dirigeants des projets.

"Si on trouve effectivement qu’ils ont détourné de l’argent ou qu’ils ont été actifs dans la corruption, ils doivent répondre de leurs actes. Les Camerounais doivent changer leur attitude à l’endroit de l’’opération Epervier’ lancée pour combattre la corruption, car ils étaient les premiers à demander la fin de la corruption", affirme Etienne Dika agent au ministère de la justice.

L’opposition estime, quant à elle, que l’opération Epervier lancée contre la corruption ait une connotation politique car certaines des personnes arrêtées ont critiqué la longévité du président Paul Biya au pouvoir.

XS
SM
MD
LG