Liens d'accessibilité

L'Ukraine offre l'amnistie aux pro-russes qui rendent les armes


Un bâtiment barricadé par des séparatistes à Luhansk

Un bâtiment barricadé par des séparatistes à Luhansk

Le gouvernement ukrainien a proposé jeudi une amnistie conditionnelle aux séparatistes pro-russes qui contrôlent des édifices publics dans l'est du pays. Mais il faut qu'ils « déposent les armes », a souligné le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov.

Aucune réaction, jusqu'à présent, des séparatistes.

Mercredi, Kiev a promis de mettre un terme à l’occupation, par des séparatistes pro-russes, de bâtiments gouvernementaux près de la frontière avec la Russie, par la négociation, ou par la force. Evoquant l’impasse à Luhansk et Donetsk, deux villes de l’est, le ministre ukrainien de l’intérieur, Arsen Avakov, a déclaré: « A ceux qui veulent le dialogue, nous proposons des pourparlers et une solution politique. A cette minorité qui veut le conflit, nous donnerons une réponse énergique ».

Les protestataires occupent depuis dimanche le bâtiment des services de sécurité (SBU) à Lougansk et de l'administration régionale à Donetsk. Ils exigent la tenue de référendums sur l'autonomie régionale, ou encore le rattachement à la Russie. Moscou a massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière de l'Ukraine.

Entre temps, ici à Washington, la secrétaire d'État adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland, a dit à une commission du Congrès que ces occupations de bâtiments étaient des actions « très bien orchestrées, bien planifiée, et bien ciblées ». Elle a aussi parlé de preuves abondantes de l’implication de Moscou, et mis en garde contre « les conséquences » de ces « actions agressives, si l’on permet leur poursuite ».

Mme Nuland a ajouté que Washington ne nourrit pas de grands espoirs quant aux discussions de la semaine prochaine entre diplomates de l’Ukraine, de la Russie, des Etats-Unis et de l’Union européenne (UE).
XS
SM
MD
LG