Liens d'accessibilité

Lourd bilan dans le nord du Nigéria, suite à une série d’attaques


Des munitions qui auraient été prises à la milice Boko Haram

Des munitions qui auraient été prises à la milice Boko Haram

Au Nigeria, le nombre de décès est passé à au moins 24, selon les autorités sanitaires, suite à une série d’attaques à la bombe lundi soir dans la ville septentrionale de Kano.

Les explosions se sont produites dans le quartier majoritairement chrétien de Sabon Gari. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais l'armée a attribué ces violences à la milice islamiste Boko Haram.

Kano est l'une des villes les plus affectées par la rébellion du Boko Haram, qui affirme lutter depuis une dizaine d’années pour la création d'un État islamique dans le Nord du Nigeria. On impute au groupe la responsabilité d'attentats à la bombe dans la région. Les attaques avaient pourtant diminué ces derniers mois.

Par ailleurs, citant un porte-parole de l'armée, l'Agence Reuters signale que les autorités nigérianes ont arrêté 42 membres présumés de la secte islamiste Boko Haram à Lagos et dans l'Etat d'Ogun.

"Nous avons arrêté 42 membres présumés de Boko Haram à Lagos et Ogun", a déclaré Kingsley Umoh. Certains ont déjà avoué appartenir à Boko Haram et ont expliqué qu'ils avaient quitté le nord du pays suite à l'offensive déclenchée par l'armée dans la région, a-t-il poursuivi.
XS
SM
MD
LG