Liens d'accessibilité

Assaut kenyan pour mettre fin à la prise d'otages de Nairobi


Des soldats kényans devant le centre commercial de Westgate, le 23 septembre 2013

Des soldats kényans devant le centre commercial de Westgate, le 23 septembre 2013

Des combattants shabab sont toujours retranchés dans le centre commercial de Westgate

Selon le dernier bilan, l’attaque terroriste dans ce centre commercial de Nairobi a fait 68 morts et 175 blessées. Des tirs sporadiques et des explosions pouvaient être entendus lundi matin près de 48 heures après l'attaque.

Dans une déclaration sur internet, le porte-parole des shabab, Sheikh Ali Mohamud Rage, a menacé d'ordonner d'abattre les derniers otages, face à la "pression" exercée par les forces kényanes et leurs alliés "chrétiens" sur les assaillants cernés dans Westgate.

Le secrétaire kenyan de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku, a déclaré dimanche aux médias que dix à quinze assaillants sont soupçonnés d'être toujours à l'intérieur du complexe.

Deux soldats gouvernementaux au moins ont été traités pour des blessures mineures dimanche.
Un journaliste portant une femme blessée

Un journaliste portant une femme blessée

Selon la Maison-Blanche, le président Barack Obama a téléphoné au président Uhuru Kenyatta dimanche matin pour exprimer les condoléances des Etats-Unis au gouvernement et au peuple kenyan. M. Obama a réitéré le soutien des Etats-Unis pour les efforts du Kenya visant à traduire en justice les auteurs de l'attentat. Le président a également évoqué l’engagement commun des deux pays à lutter contre le terrorisme et promouvoir la paix et la prospérité en Afrique de l'Est et dans le monde.

Par ailleurs, la Cour pénale internationale a accepte la demande des avocats de William Ruto, d'autoriser le vice-président kenyan a retourner dans son pays pour une semaine suite à cette attaque.

William Ruto devant la CPI à La Haye

William Ruto devant la CPI à La Haye


M. Ruto est actuellement à La Haye où il est poursuivi par la CPI pour crimes contre l'humanité pour son rôle présumé dans les violences inter-ethniques survenues après l’élection présidentielle de 2007 au Kenya.
XS
SM
MD
LG