Liens d'accessibilité

L'ONU et le CICR appellent au respect des civils à Kitchanga


Les civils du Nord-Kivu sont lourdement pénalisés par les combats qui opposent l'armée congolaise et les milices rebelles

Les civils du Nord-Kivu sont lourdement pénalisés par les combats qui opposent l'armée congolaise et les milices rebelles

Les Nations Unies (ONU) et le Comité International de la Croix Rouge (CICR) s’inquiètent de l’impact des affrontements qui font rage depuis la fin du mois de février entre l'armée congolaise et l'Alliance des patriotes pour un Congo Libre et Souverain (APCLS), groupe armé rebelle opérant dans la zone de Kitchanga, dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Ces combats ont déjà coûté la vie à près de 80 civils et fait une centaine de blessés, ainsi que des dizaines de milliers de déplacés.

Selon Marie-Servane Desjonquères, « une partie de la ville a été détruite, des maisons ont été brûlées » entrainant des mouvements de population. « Et c’est donc une situation de violence qui n’épargne pas les civils et qui est une situation très préoccupante pour le CICR » a-t-elle ajouté.

L’hôpital Saint-Benoît a été atteint par des obus, alors que pour les habitants de Kitchanga et de la région, l’accès à des soins adéquats représente déjà un énorme défi, rappelle le CICR. « On ne peut pas dire si le tir a été intentionnel ou pas », reconnait Mme Desjonquères, mais vu les carences des structures médicales, la pénurie de personnel qualifié et le nombre limité de centres hospitaliers, de telles attaques ne font que réduire encore plus la couverture médicale des populations.

Le CICR a tenu a rappeller que toutes les parties au conflit sont tenues, conformément au droit international, à faire la distinction entre les civils et les combattants.
XS
SM
MD
LG