Liens d'accessibilité

L'ONU cherche toujours à déterminer si des armes chimiques ont été utilisées en Syrie


Selon Carla Del Ponte, les soupçons de l'ONU se concrétisent, mais les enquêteurs n'ont pas encore de preuves formelles sur l'emploi de gaz toxiques

Selon Carla Del Ponte, les soupçons de l'ONU se concrétisent, mais les enquêteurs n'ont pas encore de preuves formelles sur l'emploi de gaz toxiques

Carla del Ponte, membre de la Commission d’enquête internationale indépendante de l’ONU sur les violations des droits humains en Syrie, affirme que les suspicions de recours aux armes chimiques en Syrie se concrétisent, notamment concernant le sarin, un puissant gaz neurotoxique.

Dans une interview avec la télévision Suisse dimanche soir, Carla del Ponte a précisé qu’il y a « de forts soupçons » que les rebelles opposés au régime du président Bachar Al-Assad ont utilisé des armes chimiques.

« Selon les témoignages que nous avons recueillis, les rebelles auraient utilisé des armes chimiques, faisant usage de gaz sarin », a-t-elle dit.

L'ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a ajouté que les enquêteurs ne détiennent pas encore la preuve formelle de la culpabilité des rebelles, et elle a averti que l’enquête est loin d’être achevée. Elle n’a pas précisé également où et quand les armes chimiques pourraient avoir été utilisées.

A noter que dans un communiqué publié lundi, la Commission d'enquête Internationale Indépendante sur la Syrie a insisté sur le fait qu'elle n'a '' pas atteint des résultats permettant de conclure que des armes chimiques ont été utilisées par les parties au conflit ".

Mis à part la commission pour laquelle Mme Del Ponte travaille, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a également nommé une équipe chargée d'enquêter sur le terrain en Syrie sur les allégations d'emploi d'armes chimiques lors du conflit. Mais jusqu’à présent, Damas a fait la sourde oreille aux appels de M. Ban, qui l’appelait à lui ménager un accès sans entraves.

Le gouvernement Syrien, tout comme les rebelles, s’accusent mutuellement d’avoir eu recours à des armes chimiques. Des responsables britanniques, français et israéliens ont également accusé le gouvernement Al-Assad d’avoir usé d’armes chimiques contre les forces de l’opposition. Mais selon Mme Del Ponte, sa commission n’a pas, pour l’instant, réuni de preuves à ce sujet, même si l’enquête se poursuit.

La semaine dernière, le président Barack Obama, a assuré détenir des preuves de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, tout en précisant que l’administration américaine ignore quand elles ont été utilisées, et par qui. Lundi, le département d’Etat américain a confirmé que les Etats-Unis ne possèdent pas d'informations attestant que les rebelles en Syrie ont eu recours à des armes chimiques.
XS
SM
MD
LG