Liens d'accessibilité

Lockheed Martin envisage un mini-réacteur à fusion nucléaire


(AP)

(AP)

Le groupe américain de défense a annoncé cette semaine qu’il devrait disposer d’un prototype d’ici à cinq ans, et d’un réacteur opérationnel dans dix ans.

Lockheed Martin vient d'annoncer avoir fait des progrès significatifs dans le processus de fusion nucléaire et se dit capable de proposer prochainement un nouveau réacteur compact dix fois plus efficace que les modèles actuels.

Le groupe américain de défense a annoncé cette semaine qu’il devrait disposer d’un prototype d’ici à cinq ans, et d’un réacteur opérationnel dans dix ans. Le but étant par la suite de fabriquer d’autres modèles en moins d’un an.

Les réacteurs à fusion nucléaire – soit l’union de plusieurs noyaux atomiques - produisent beaucoup moins de déchets dangereux que les réacteurs à fission nucléaire, qui reposent sur l’éclatement d'un noyau, rappelle l’Agence France Presse (AFP). L'énergie libérée par la fusion est dix fois supérieure à celle libérée par la fission.

Dans un dossier de presse diffusé sur Internet, Lockheed Martin fait valoir qu’un avion n'aurait plus besoin de se ravitailler et qu’un vaisseau spatial pourrait atteindre Mars en un mois au lieu de six. Reste à voir si à terme, le projet sera rationnel, au plan financier.

L’Union européenne, et ses alliés se sont attelés à un projet similaire, l’ « International Thermonuclear Experimental Reactor » - le réacteur thermonucléaire expérimental international. Ce projet de machine de type tokamak vise à démontrer la faisabilité d'un réacteur à fusion nucléaire. Mais jusqu'à présent, son coût reste considérable.

XS
SM
MD
LG