Liens d'accessibilité

Limogeage du ministre de l'énergie au Sénégal


Le Président Macky Sall (à droite) présente ses condoléances à Thierno Alassane Sall suite au décès de son père, à Dakar, Sénégal, le 12 Avril 2017. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Au Sénégal, le ministre de l'énergie et du développement des énergies renouvelables a été démis de ses fonctions par le Président.

L'ex-ministre aurait refusé de signer la cession de deux blocs d'exploration pétrolier au groupe français Total.

Thierno Alassane Sall, à Dakar, Sénégal, le 12 avril 2017. (VOA/Seydina Aba Gueye)
Thierno Alassane Sall, à Dakar, Sénégal, le 12 avril 2017. (VOA/Seydina Aba Gueye)

En 2014, déja, Thierno Alassane Sall avait été limogé du gouvernement du Président Macky Sall suite à la défaite aux élections locales dans la ville de Thies où il est le coordonnateur de la majorité au pouvoir.

Loin de son précédent départ purement politique, ce nouveau limogeage soulève beaucoup de questions sur la gestion des ressources pétrolières et gazières du Sénégal.

Démission ou limogeage ?

Les conditions du départ de Thierno Alassane Sall restent floues. Ce qui laisse le sénégalais lambda dans une incertitude totale.

Pour Papis Kane, le départ brutal de l’ex-ministre de l’énergie est entouré de zones d’ombres : "Thierno Alassane Sall est une personne que je respecte beaucoup, une personne de principes. Et ce n’est pas la première fois qu’il quitte le gouvernement du Président Macky Sall donc s’il s’en va de nouveau c’est qu’il y a vraiment problème. Un problème, peut-être, d’intérêt alors l’intérêt se situe où ? Est-ce que c’est un intérêt général ou est-ce un intérêt crypto personnel ? Personne n’en sait absolument rien".

Ibrahima Khaliloulah Diagne déclare, quant à lui, qu’il n’y a aucune transparence dans le management de la question pétrolière : "je dirais que c’est une gestion malhonnête parce qu’on ne connait pas les contours réels de ce qui se passe. Tout le monde dit qu’il y a du pétrole par ici ou par là, mais on ne sait réellement pas comment se passe la gestion".

Pour le député sénégalais Cheikh Oumar Sy, le plus important est de connaitre les tenants et les aboutissants de ce limogeage à la va vite : "tout le monde sait que le Sénégal a du pétrole et du gaz. Qu’est ce qui a poussé le ministre à démissionner ? Qu’est ce qui a poussé le Président à le limoger ? Le plus important pour le citoyen sénégalais c’est de savoir et de connaitre, objectivement, si ses questions-là sont liées au cas de Pétrotim ou à l’acquisition par Total des blocs pétroliers de Rufisque. Ce sont des questions fondamentales parce que juste après son limogeage, Total a signé des contrats avec l’Etat du Sénégal, le même jour, à une heure prés. Nous souhaitons, en tant que Sénégalais, être édifiés".

Cheikh Oumar Sy, par ailleurs, secrétaire exécutif du réseau pour la bonne gouvernance des ressources minérales estime que le Sénégal doit se doter de mécanismes de régulation afin de préserver l’intérêt des citoyens : "Nous avons l’exécutif qui est dans son rôle mais nous devons avoir le législatif qui doit être dans son rôle aussi. C’est ça la vraie démocratie pour permettre l’équilibre".

Seydina Aba Gueye​, correspondant à Dakar

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG