Liens d'accessibilité

Libye : survols de l'aviation pour éviter une éventuelle fuite de jihadistes


Des avions des forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont survolé samedi la Libye pour empêcher une éventuelle fuite de jihadistes du groupe Etat islamique (EI) acculés dans la ville de Syrte (centre-nord), selon le centre de presse de ces forces.

"La cellule d'urgence de l'armée de l'air libyenne effectue des vols de reconnaissance sur toute la région centrale" de la Libye, qui part de la ville de Syrte au nord jusqu'aux frontières avec le Tchad et le Niger au sud, a indiqué le centre de presse des forces favorables au GNA sur sa page Facebook.

L'aviation a également survolé l'ouest de la Libye jusqu'à Ras Jédir, une localité du nord-ouest à la frontière avec la Tunisie, "afin de détecter et d'empêcher l'exfiltration (des jihadistes de l'EI) de Syrte", ont ajouté les forces pro GNA.

Les forces du gouvernement d'union nationale libyen ont lancé le 12 mai une offensive pour reprendre aux jihadistes de l'EI leur fief de Syrte. Elles sont entrées dans la ville le 9 juin.

Soutenues depuis début août par des frappes américaines, elles ont chassé les jihadistes de leur QG et les ont acculés dans une petite zone proche de la mer.

Située à 450 km à l'est de Tripoli, Syrte a été "complètement vidée de ses habitants", seules y demeurent les familles des jihadistes, avait assuré mardi le général Mohamad al-Ghassri, porte-parole des forces pro-GNA, un photographe de l'AFP confirmant ne pas avoir vu de civils dans la ville.

L'EI compte des militants dans d'autres zones de Libye même si leur nombre reste difficile à évaluer.

Il y a quelques mois, avant l'offensive de Syrte, des sources françaises et américaines, faisaient état de 5.000 et 7.000 jihadistes de l'EI dans toute la Libye.

Mi-août, le porte-parole adjoint du Pentagone, Gordon Trowbridge, a estimé qu'il restait "quelques centaines de jihadistes à Syrte" et à peine "1.000 à quelques milliers" dans toute la Libye.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG