Liens d'accessibilité

Libye: les djihadistes de l'EI ont étendu leur emprise (experts de l'ONU)


Ouest de Benghazi, le 7 mars 2016, avant des accrochages avec des militants du groupe Etat islamique.(AP Photo/Mohammed el-Shaiky)

Ouest de Benghazi, le 7 mars 2016, avant des accrochages avec des militants du groupe Etat islamique.(AP Photo/Mohammed el-Shaiky)

Le groupe jihadiste Etat islamique "a nettement étendu son contrôle sur le territoire" de la Libye, ce qui a contribué à "accroître la demande de matériel militaire", indique un rapport d'experts de l'ONU publié jeudi.

Le rapport souligne qu'à Syrte, sa principale tête de pont en Libye, l'EI "a recruté avec succès parmi les communautés marginalisées depuis le renversement du régime de Mouammar Kadhadi".

"La montée en puissance de l'EI à Syrte a été importante en 2015", note le rapport. "L'EI est actuellement l'acteur politique et militaire le plus important dans la région".

Le groupe djihadiste a aussi "accru sa capacité opérationnelle à Tripoli et Sabratha" en recrutant des combattants locaux et étrangers.

L'EI ne tire pas pour l'instant de revenus directs de l'exploitation pétrolière en Libye mais "ses attaques contre les installations pétrolières compromettent gravement la stabilité économique du pays".

Même si un gouvernement d'union nationale est finalement formé en Libye, "le risque de détournement et de mauvais usage de matériel (militaire) restera très élevé", affirment aussi les experts.

Ils recommandent ainsi de "maintenir les dispositions actuelles de l'embargo" en vigueur, qui prévoit des exemptions pour les besoins du gouvernement internationalement reconnu.

Celui-ci réclame depuis longtemps un assouplissement de cet embargo afin, dit-il, d'équiper l'armée régulière et de lui permettre de mieux combattre l'EI.

L'ONU s'efforce depuis de nombreux mois de favoriser la formation d'un gouvernement d'union en Libye, divisée entre deux gouvernements et deux parlements.

Selon les experts, "le futur gouvernement d'union nationale devra mettre en place un canal unique pour les appels d'offre et des mesures de contrôle strictes et vérifiables pour éviter les détournements", en particulier un inventaire du matériel, "y compris des armes chimiques".

Le rapport cite plusieurs cas de contournement de l'embargo, avec des équipements et des armes provenant d'Egypte, des Emirats arabes unis, de Turquie et du Soudan ou des munitions produites en Russie et en Chine.

"La Libye reste aussi une source de soutien logistique et d'approvisionnement en armes pour des groupes armés, y compris des groupes terroristes" au Mali, Niger, Egypte ou Syrie.

Enfin les experts déplorent que les sanctions ciblées adoptées en 2011 contre des individus liés au régime de Kadhafi "continuent d'être violées". "De vastes avoirs" sont toujours cachés et l'interdiction de voyager imposée à ces individus "a été contournée à plusieurs reprises".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG