Liens d'accessibilité

Apparition surprise de Seif al-Islam à Tripoli


Recherchés par la CPI : Séïf al-Islam Kadhafi (à g.) et Mouammar Kadhafi (à dr.)

Recherchés par la CPI : Séïf al-Islam Kadhafi (à g.) et Mouammar Kadhafi (à dr.)

les leaders de l'opposition, ainsi que la Cour pénale internationale basée à La Haye, avaient déclaré que Seif al-Islam - qui a été inculpé pour crimes contre l'humanité – était aux mains des rebelles.

La fin de la guerre en Libye semble être suspendue au sort de Mouammar Kadhafi, mais son sort reste inconnu pour l’heure, surtout que les forces qui lui sont toujours fidèles continuaient de repousser les rebelles dans certaines parties de la capitale Tripoli, tard hier soir. Pendant ce temps, Seif al-Islam, le fils du dirigeant libyen et souvent présenté comme le futur successeur de son père, a fait une apparition surprise à Tripoli... cela, en dépit des affirmations selon lesquelles l’opposition le retenait en détention.

Seif al-Islam s'est en effet présenté tôt ce matin aux journalistes étrangers enfermés à l'hôtel Rixos qui est sous le contrôle des Kadhafis... Il devait déclarer que le gouvernement de son père contrôle toujours Tripoli et que les rebelles sont tombés dans un guet-apens en entrant dans la ville... Il a ensuite dirigé un convoi à travers les zones tenues par les loyalistes… Des images de télévision le montraient avec des partisans qui l’acclamaient.

Un peu plus tôt, les leaders de l'opposition, ainsi que la Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye, avaient déclaré que Seif al-Islam - qui a été inculpé pour crimes contre l'humanité – était aux mains des rebelles. D’autres sources du coté des rebelles devaient aussi dire qu’un autre fils de Kadhafi - Mohammed – a pu échapper à son arrestation chez lui hier. Un troisième fils est apparemment toujours en détention.

Un groupe de journalistes à l'hôtel Rixos de Tripoli (21 août 2011)

Un groupe de journalistes à l'hôtel Rixos de Tripoli (21 août 2011)

Par ailleurs, le chef du Conseil national de transition de l'opposition, Mustafa Abdel Jalil, a déclaré que les rebelles ne savent pas si le dirigeant libyen est encore dans le pays. Il a déclaré que Kadhafi aura un procès équitable, s'il est capturé et que le « vrai moment de la victoire » viendra lorsqu’il sera mis en détention.

Mustafa Abdel Jalil a reconnu que les rebelles n'ont pas encore pris le contrôle complet de Tripoli. Selon les combattants de l'opposition, les forces pro-gouvernementales détiennent encore 10 a 15 pour cent de la capitale, y compris Bab al-Aziziya, le complexe de Khadafi.


XS
SM
MD
LG