Liens d'accessibilité

Analyse : La mort de Kadhafi, conséquence d’une stratégie qui a échoué


Mouammar Kadhafi, déclaré mort le 20 octobre 2011

Mouammar Kadhafi, déclaré mort le 20 octobre 2011

Pourquoi Mouammar Kadhafi a-t-il préféré mourir à Syrte plutôt que de choisir la route de l’exile, comme nombre de des partisans et associés l’on fait depuis la chute de Tripoli ? Quel avenir, maintenant, pour la Libye de l’après-Kadhafi ? Comment la nouvelle de sa mort est-elle reçue en Afrique, plus particulièrement dans le Sahel voisin ?

Quatre analystes ont tenté d’apporter des éléments de réponse à ces questions, au micro du Service francophone de la Voix de l’Amérique. Parmi eux, Riadh Sidaoui, directeur du Centre arabe de recherche et d'analyse politique et sociale basé à Genève, pour qui les évènements du 20 octobre ne sont guère une surprise.

Scott Bobb, chef du bureau de la VOA à Jérusalem, a longtemps couvert la crise libyenne à Tripoli. Voici son analyse :

De son côté, le chef du bureau de la VOA à Moscou, Jim Brooke, estime que la Russie a beaucoup perdu dans cette affaire. Il nous confirme auparavant que c’est bien le corps de Kadhafi que l’on voit sur les images de télévision.

La mort de Kadhafi est avant une tragédie africaine. Au Niger, on se sent concerné, nous dit Nouhou Arzika, président DU Mouvement patriotique pour la défense de la nation et du peuple à Niamey.

XS
SM
MD
LG