Liens d'accessibilité

Libération de deux Italiens et un Canadien enlevés en Libye en septembre


Le Premier ministre italien Matteo Renzi, 21 octobre 2016.

Le Premier ministre italien Matteo Renzi, 21 octobre 2016.

Deux Italiens et un Canadien enlevés le 19 septembre dans le sud de la Libye ont été libérés et ramenés samedi "en bonne santé" en Italie par vol spécial, a annoncé le gouvernement italien.

Les Italiens, Danilo Calonego (66 ans) et Bruno Cacace (56 ans), et le Canadien Frank Poccia ont été libérés "grâce à une collaboration efficace avec les autorités locales libyennes", selon le ministère italien des Affaires étrangères.

Le chef du gouvernement Matteo Renzi a rendu hommage samedi "aux forces de sécurité libyennes" et exprimé "sa sincère reconnaissance pour la solidarité" de certains maires de communes du sud du pays.

Les trois hommes avaient été enlevés ensemble à Ghat, à la frontière algérienne, au sud-ouest de la Lybie. Ils travaillent tous pour une entreprise italienne chargée de la maintenance de l'aéroport de cette oasis saharienne et qui est présente dans le pays depuis une quarantaine d'années. Un groupe armé avait bloqué le véhicule des trois hommes et les avait enlevés.

Le ministère italien des affaires étrangères a précisé à l'AFP que les trois ex-otages étaient arrivés à 2h00 GMT en Italie.

Les trois hommes ont été entendus samedi durant sept heures par un magistrat du parquet de Rome, qui avait ouvert une enquête pour enlèvements à des fins présumées terroristes, a rapporté l'agence italienne Agi. Ils lui ont indiqué avoir été "bien traités" et ont estimé que leurs ravisseurs étaient des criminels de droit commun qui n'avaient aucun profil religieux ou terroriste, selon la même source.

Les deux Italiens devaient rentrer dans leurs familles samedi soir, tandis que le ressortissant canadien devait être rapatrié dans son pays.

De nombreuses sociétés italiennes travaillent en Libye et leur personnel expatrié a plusieurs fois été victime d'enlèvements au cours de ces dernières années.

Lors du dernier, quatre Italiens employés d'une société de construction avaient été enlevés en juillet 2015 près d'un complexe de la compagnie pétrolière italienne ENI dans la région de Mellitah, à l'ouest de Tripoli, dans une zone qui avait déjà été le théâtre de prises d'otages.

Après plus de six mois d'une détention éprouvante, deux d'entre eux avaient été tués dans des circonstances encore troubles, lors de l'attaque du convoi dans lequel ils étaient transportés.

Les deux autres, qui avaient été séparés des deux premiers plusieurs semaines auparavant, avaient été libérés sains et saufs quelques jours plus tard après une opération de milices libyennes contre des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans la région de Sabrata (ouest).

Ancienne puissance coloniale, l'Italie s'implique fortement dans les tentatives de rétablissement d'un Etat stable en Libye.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG