Liens d'accessibilité

Libération d'un activiste détenu arbitrairement en Guinée équatoriale


Le Président de la Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema Mbasogo lors du 26e sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, Ethiopie, 31 janvier 2016. epa / SOLAN KOLLI

"Enrique Asumu a été libéré hier (mardi) contre deux millions de francs CFA que nous avons cotisés avec sa famille parce qu'il est souffrant", a déclaré mercredi Mariano Nkogo Mba, vice président du Centre des études et des initiatives pour le développement de Guinée équatoriale CEID-GE, l'ONG dont M. Asumu est le président.

Le militants des droits de l'homme incarcéré sans charge depuis le 17 avril a été libéré mardi par les autorités de Guinée équatoriale contre la somme de 2 millions de FCFA (3.000 euros), a appris l'AFP de source proche du militant.

Le deuxième vice-président du CEID, Alfredo Okenve, arrêté lundi 17 avril également, est toujours détenu sans aucune charge au commissariat central de Malabo connu en Guinée équatoriale sous le nom de "Guantanamo".

L'incarcération sans chef d'inculpation des deux militants ayant dépassé le délai légal de 72 heures, l'avocat avait présenté le mercredi 19 avril un "habeas corpus" au juge.

M. Okenve devrait lui aussi payer 2 millions de francs CFA pour recouvrer la liberté, selon l'un de ses avocats, Me Fabian Nsue, citant les autorités policières.

"Alfredo Okenve est encore arbitrairement détenu, et pour son cas nous ne donnerons pas l'argent", a indiqué Mariano Nkogo. "Nous avons déjà contacté les avocats, nous voulons qu'il soit formellement inculpé pour savoir le vrai motif de sa détention".

"Depuis longtemps, les autorités de Guinée équatoriale harcèlent et détiennent arbitrairement des défenseurs des droits humains et plus généralement interfèrent avec leur travail", a déclaré Tutu Alicante, directeur exécutif de l'organisation EG Justice qui surveille les entraves aux droits humains en Guinée équatoriale, dans un communiqué publié lundi par sept organisations de défense des droits de l'homme dont Amnesty International, Human Rights Watch et Transparency International.

"Les autorités veulent simplement que notre ONG disparaisse", a indiqué Mariano Nkogo Mba, joint par l'AFP depuis Libreville.

Arrêtés à la demande du ministre de l'intérieur Clemente Engonga Nguema Onguene et du ministre de la sécurité Nicolas Obama Nchama, les deux activistes ont été accusés d'avoir célébré les 14 et 15 avril le 20e anniversaire du CEID, alors que l'ONG avait été suspendue par les autorités en mars 2016 pour "violation de l'ordre public".

Le CEID avait repris ses activités en septembre "conformément à la loi, suite à un recours en justice auquel les autorités n'ont pas donné suite", selon Mariano Nkogo Mba, joint par téléphone depuis Libreville.

La Guinée équatoriale, pays pétrolier de 1,2 million d'habitants, ambitionne de rejoindre le programme Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), qui regroupe gouvernements, entreprises extractives, et ONG afin d'améliorer la gouvernance du pays.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG